Des travaux archéologiques près de l’école La Poudrière

Des travaux archéologiques près de l’école La Poudrière

Ce secteur de la Ville de Drummondville s’est transformé en «méga-usine de munitions», en 1916.

Crédit photo : (Photo: Ghyslain Bergeron)

ARCHÉOLOGIE.  La Ville de Drummondville a octroyé un contrat d’un peu plus de 64 000$ à une entreprise spécialisée dans l’archéologie, pour réaliser des travaux dans le boisé à proximité de l’école secondaire La Poudrière.

«Il y a une surface de plus de 300 000 mètres carrés en arrière de l’école La Poudrière qui appartient à la Ville. On sait que près du boulevard Saint-Joseph, il y a pas mal de vestiges du passé dans le sol et dans la forêt. Il y a des études qui ont été faites qui ont recommandé qu’il y ait des fouilles archéologiques dans cette zone», explique Thomas Roux, conseiller en relations médias à la Ville de Drummondville.

Le contrat pour les fouilles archéologiques a été obtenu par la coopérative de travail Artefactuel. Cette dernière est située à Québec. La soumission de la coopérative était inférieure de plus de 24 000$ à celle d’une autre compagnie de Boucherville qui avait tenté d’obtenir le contrat de la Ville, le 26 juillet dernier.

Le terrain est de 300 000 pieds carrés, selon Thomas Roux.

Thomas Roux souligne que la Ville de Drummondville est certaine de trouver des parcelles de l’histoire drummondvilloise : «Ils vont fouiller et trouver ce qui reste dans le sol du temps de la Poudrière. Il reste pas mal de choses de cette époque».

Selon ce que rapporte la Société d’histoire de Drummond sur son site internet, ce secteur de la Ville de Drummondville s’est transformé en «méga-usine de munitions», en 1916.  «La commande de 3 000 000 kilogrammes de coton-poudre passée par le gouvernement russe est livrée avant la fin de l’année 1916», précise l’organisme. L’usine de poudre à canon a fermé ses portes en 1919.