À St-Edmond-de-G…Gaules : une «Idéfix», celle de la joie de vivre

À St-Edmond-de-G…Gaules : une «Idéfix», celle de la joie de vivre

Lettre ouverte

Crédit photo : Photo Deposit

Cette lettre est signée par Josée Marchand, qui convoite le siège numéro 5 à Saint-Edmond-de-Grantham

C’est un message qui s’adresse aux nouveaux résidents, à tous les aventuriers de St-Edmond-de-Grantham; à ceux qui osent écouter cette petite voix en eux – pas toujours facile à entendre – qui est bien celle du discernement.

En octobre 2015, nouvellement déménagée, une image me revenait souvent en tête… Les maisons de St-Edmond laissaient alors place aux huttes d’un petit village gaulois, celui bien connu de la bande dessinée d’Astérix et Obélix… J’imaginais les poissons voler dans tous les sens comme dans la B.D., à cause des conflits internes concernant un bâtiment situé au cœur même du village : une église à transformer!

Cette communauté devait certainement posséder un bien grand pouvoir pour que tout ce brouhaha parvienne jusqu’aux oreilles des grands médias, les Druides de l’information!

Au fil du temps, j’ai découvert que ce grand pouvoir était celui de la démocratie, c’est à dire le pouvoir qui revient à chacun des citoyens, de nommer les candidats qui sauront les représenter dans les décisions à prendre pour l’intérêt de la population.

Une opinion a été demandée concernant la transformation de l’église en salle communautaire et la population a été entendue!

La vie évolue (et vite à part ça!) et, le conseil en place, dans sa recherche pour trouver une solution pour une salle communautaire en remplacement de l’ancienne ayant été vendue, ont mandaté une firme d’architectes en leur soumettant 4 options différentes de salles communautaires (dont une salle neuve).

Suite à l’étude sérieuse de ces dossiers, c’est une décision économique qui fut prise, soit celle d’acheter l’église avec les travaux majeurs déjà réalisés par la Fabrique.

Il est grand temps maintenant de tourner la page et d’activer le pouvoir du discernement, faculté acquise par ceux qui savent boire à la «potion» de leur source intérieur afin de reconnaitre et différencier – au-delà des mots et des croyances – les intérêts personnels des intérêts communautaires.

C’est par affinité que je me suis jointe à l’Équipe des Bâtisseurs, avec cette vision commune d’innovation et de positivisme, au service de la communauté, pour la droiture, le respect du patrimoine et du portefeuille et avec nul autre intérêt que celui de créer un espace où il fait bon vivre…

Dans l’espoir qu’un vent de nouveauté puisse balayer les énergies de discordes, pour que nous puissions enfin vivre des moments heureux tel ce grand banquet illustré en dernière page des livres d’Astérix. C’est mon vœu pour la municipalité et pour toute la planète!

Josée Marchand, siège #5, de l’Équipe des Bâtisseurs