Une expérience inoubliable pour Marie-Gaëlle Grenier

Jonathan
Jonathan Habashi
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Au championnat du monde de soccer militaire féminin

Apprentie militaire et sportive de haut niveau, Marie-Gaëlle Grenier, une jeune femme originaire de Saint-Germain-de-Grantham, a récemment eu l’occasion de vivre une expérience unique et inoubliable en participant au huitième championnat du monde de soccer militaire féminin. Organisée par le Conseil international du sport militaire, cette compétition s’est tenue à Warendorf, en Allemagne.

Âgée d’à peine 19 ans, Marie-Gaëlle Grenier était la plus jeune joueuse sélectionnée au sein de l’alignement canadien, dont l’âge moyen se situait à 26 ans. En sol allemand, les Canadiennes n’ont toutefois pas eu la vie facile, loin de là. Après avoir encaissé trois revers en autant de sorties en ronde préliminaire, les représentantes de l’unifolié ont subi deux défaites crève-cœur face aux Américaines et aux Belges durant la ronde de consolation.

Dominées 20-2 dans la colonne des buts, Marie-Gaëlle Grenier et ses coéquipières ont dû se contenter de la huitième et dernière position au classement. La compétition, qui était télédiffusée à la télévision nationale allemande, a finalement été remportée par le pays hôte. Les Sud-Coréennes et les Brésiliennes ont respectivement décroché la médaille d’argent et la médaille de bronze.

«Même si nos résultats ne sont pas là pour le démontrer, trois de nos cinq matchs ont été serrés. On croyait pouvoir aller chercher quelques victoires en axant notre jeu sur la défensive, mais le vent n’a pas tourné en notre faveur. Ce qui nous a fait mal, c’est notre manque de cohésion. On s’est entraîné ensemble seulement trois fois avant d’arriver en Allemagne. La chimie s’est créée au fur et à mesure qu’on a appris à se connaître pendant le tournoi», a témoigné Marie-Gaëlle Grenier.

Il faut savoir que le calibre de la compétition était extrêmement relevé. Alors que l’équipe canadienne était entièrement formée de militaires ou de réservistes de l’armée, certains pays adverses misaient sur plusieurs membres de leur équipe nationale.

«La Corée du Sud a même envoyé son équipe civile qui s’apprête à participer aux Jeux olympiques, a souligné Marie-Gaëlle Grenier. Quand on demandait à leurs joueuses quel était leur travail dans l’armée, elles nous répondaient… «jouer au soccer»! Même si on a perdu 6-1 contre elles, il ne nous en manquait pas beaucoup pour rivaliser avec les Sud-Coréennes. La preuve, c’est qu’elles ont dû laisser leurs meilleures joueuses sur le terrain jusqu’à la fin du match.»

Dans le duel pour l’obtention de la septième place, les militaires canadiennes sont passées bien près de renverser leurs opposantes belges. Elles ont finalement dû rendre les armes par le pointage de 2-1.

«Il faut bien admettre qu’au chapitre de l’intensité, de la force physique et de la circulation du ballon, on était une coche en dessous de nos adversaires», a affirmé celle qui a également pratiqué l’athlétisme et l’haltérophilie au cours des dernières années.

Habituellement employée en défensive, Marie-Gaëlle Grenier a dû apprivoiser la position de demi-centre durant la compétition allemande. Signe de son talent et de sa détermination, la jeune fille a été proclamée joueuse par excellence de son équipe dans un dur revers de 7-0 face à l’Allemagne. Frustrées par le brio défensif de la Germainoise en première demie, les joueuses du pays hôte ont été forcées de concentrer leurs attaques de l’autre côté de la défensive canadienne durant la deuxième portion de la rencontre.

«Dans ce match, les Allemandes ont eu raison de nous par l’épuisement. Elles étaient très rapides et fortes physiquement; ce n’était pas comparable. On a tenu le coup et on a même obtenu de bonnes occasions de marquer en première demie, mais on a manqué d’énergie dans les dix dernières minutes du match. Ça a fini par nous coûter cher», a raconté Marie-Gaëlle Grenier.

Consciente de sa chance, Marie-Gaëlle Grenier a pleinement savouré cette première expérience sur la scène internationale.

«Du début à la fin, j’ai eu l’impression de vivre un rêve! L’entrée sur le terrain était vraiment spectaculaire. Les gradins étaient remplis de spectateurs qui avaient payé pour nous voir jouer. On nous prenait en photos et on nous demandait des autographes. J’étais très énervée, comme sur un nuage. J’avais peine à réaliser ce qui m’arrivait. Quand ma famille m’a demandé quel a été mon plus beau moment, je n’ai pas eu de mot pour leur répondre. Il fallait vraiment être sur place pour vivre l’événement», a-t-elle raconté.

À peine revenue à Saint-Germain, Marie-Gaëlle Grenier rêve déjà de sa prochaine bataille face à la crème mondiale du soccer militaire. En principe, cette compétition devait avoir lieu au Canada en 2013, mais le pays s’est finalement désisté.

«Je viens juste de revenir et j’ai déjà le goût de repartir, a-t-elle confié. L’une de mes amies en était à sa sixième participation à ce tournoi. J’aimerais la rejoindre. C’est pour ça que je pousse la machine à fond. Si je veux y retourner, je dois élever mon jeu d’un cran.»

Après avoir découvert le soccer dans son patelin, Marie-Gaëlle Grenier a intégré les rangs des Dragons de Drummondville quelques années plus tard. Elle a ensuite fait le saut chez le Cosmos de Granby, dans les rangs AAA. Elle défend actuellement les couleurs de l’équipe senior AA de Granby.

«Ma carrière a vraiment décollé à Drummondville, au contact de Michel Couturier. Cet entraîneur y est pour beaucoup dans mon succès. Ensemble, on a travaillé très fort durant les dernières années. C’est lui qui m’a permis de devenir aussi polyvalente. Quand on m’a mutée au poste de demi-centre, en Allemagne, je n’ai pas paniqué, en grande partie parce que Michel m’avait déjà habituée aux changements de position», a-t-elle expliqué.

Membre des réserves de l’armée canadienne, Marie-Gaëlle Grenier suit actuellement des cours afin d’apprendre le métier de fantassin. Elle fait partie du 6e Bataillon du Royal 22e Régiment, dont l’unité est située à Drummondville.

Lieux géographiques: Allemagne, Américaines, Corée du Sud Drummondville Saint-Germain Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires