«On n’est pas loin d’un score parfait»

Cynthia
Cynthia Giguere-Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

-Michel Viens, au terme de la 50e finale des Jeux du Québec

JEUX DU QUÉBEC. Ayant su relever un à un les objectifs audacieux fixés avant le coup d'envoi de la 50e finale des Jeux du Québec, le comité organisateur se montre aujourd'hui plus que satisfait du bilan.

Denis Gauthier, président du comité organisateur, Alexandre Cusson, maire de Drummondville, Michel Viens, directeur général du comité organisateur, Luc Fournier, sous-ministre aux Loisirs et aux Sports, ainsi que Denis Servais, président de Sports Québec.

Que ce soit le déroulement des compétitions, la mobilisation de la population, les plateaux sportifs ou l'accueil réservé aux athlètes, tous conviennent que cette 50e finale est une réussite.

«Je suis extrêmement ravi de cette expérience. Je ne regrette rien. On n’est pas loin d’un score parfait; en tout cas, c’est ce qu’on se fait dire, partout. Ce dont je suis le plus fier, c’est la solidité de notre organisation et notre capacité d’adaptation. On avait beau avoir tout planifié minutieusement au cours des deux dernières années, il arrive toujours des situations qui nécessitent des ajustements. Notre équipe s’est retroussé les manches et s’est mise en mode solutions», a exposé avec beaucoup d'émotions le directeur général du comité organisateur, Michel Viens.

«Je suis extrêmement fier de ce que nous avons accompli, tous ensemble, au cours des dix derniers jours. Les mots me manquent quand je pense à tout le travail réalisé par nos bénévoles et l’équipe permanente des Jeux. Personnellement, je me sens privilégié d’avoir pu contribuer à une réussite pareille. En voyant les jeunes repartir de Drummondville avec une étincelle dans les yeux, on peut se dire mission accomplie!», a pour sa part affirmé le président du comité organisateur Denis Gauthier, qui en sort grandi et épanoui.

Devant ces dix jours de succès, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, a même dit avec certitude que «Drummondville n'attendra pas à nouveau 45 ans avant de présenter une autre finale des Jeux du Québec.»

Cachant mal sa fierté, M. Gauthier en a profité pour encenser le travail de M Viens, «le coeur et l’âme» de l’organisation. Fidèle à ses habitudes, celui-ci a mis en lumière le travail de son équipe, invitant même les principaux artisans à le rejoindre sur la scène de la salle Georges-Dor de la Centrale administrative, et évidemment celui des bénévoles, sans qui «rien n’aurait pu être accompli».

«Je tiens à souligner le travail colossal réalisé par nos 2350 bénévoles. Ils ont été généreux de leur temps et se sont dévoués pour la cause. Une fois de plus, la capacité d’innovation de notre milieu a été démontrée. Nous voulions marquer l’histoire de notre ville et celle des Jeux, et on l’a fait», a-t-il exprimé, la voix entremêlée de sanglots.

«L’empreinte de cette finale restera vivace à jamais dans le coeur et dans la tête de tous ceux qui l’ont vécue. Je suis assuré que de nouveaux défis seront relevés ici et que les compétences qui s’y sont exprimées trouveront de nouvelles terres d’accueil. Vous avez écrit une nouvelle page d'histoire dans les Jeux qui contribuera à leur essor», a affirmé le président de Sports Québec, Denis Servais, en s'adressant aux membres du comité organisateur.

«Drummondville n'attendra pas à nouveau 45 ans avant de présenter une autre finale des Jeux du Québec.» Alexandre Cusson, maire de Drummondville

Réduire les coûts sans lésiner sur la qualité

Sans avoir en main les états financiers finaux, M. Viens a néanmoins avancé que l’organisation est en voie de réussir ce dont plusieurs doutaient, soit de clore l’aventure des Jeux du Québec avec des frais de fonctionnement en deçà de 5 millions de dollars.

«C’était important pour nous de réduire les coûts sans lésiner sur une finale de qualité, et on l’a fait. C’est un signal important pour d’autres villes ou régions du Québec qui souhaitent tenter l’aventure. En soi, c’est un formidable accomplissement », a-t-il souligné.

Rappelons qu'à l'automne dernier, le budget avait été révisé à 3,7 millions de dollars alors qu'au départ, c'est un budget de 4,2 millions de dollars qui était prévu dans le cahier de candidature déposé en 2012.

«Il n'y a rien qui nous indique que nous sommes loin de la réalité», a fait savoir M. Gauthier, sans en révéler davantage.

Faits marquants

Plusieurs faits marquants sont évidemment venus ponctuer cette 50e finale, à commencer par la flamboyante cérémonie d’ouverture et l’espace généreux du Village des athlètes, dont était l’hôte le nouveau Centrexpo. Des commentaires élogieux ont également fusé à l’égard de la qualité des sites de compétitions, ceux de ski de fond et de boxe représentant les «coups de coeur» des chefs de mission. La localisation géographique de Drummondville et les facilités d’accueil des infrastructures sportives du milieu auront également permis à des foules nombreuses d’encourager les athlètes sur tous les plateaux, les incitant ainsi à se surpasser.

«Lorsque je pense à cette 50e finale, je suis rempli de fierté. Plus de 100 000 visiteurs chez nous, 3200 athlètes enthousiastes qui compétitionnent dans des sites remplis à craquer, plusieurs centaines de bénévoles dévoués et des milliers de Drummondvillois qui affichent leur appartenance aux Jeux; voilà ce que je retiendrai de cette grande fête du sport», a indiqué le maire.

Bref, tous sont d'avis que Drummondville a su tenir promesse en organisant une finale qui marquera l'histoire…

Organisations: Sports Québec, Centrexpo

Lieux géographiques: Jeux du Québec, Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Lynda faucher
    09 mars 2015 - 19:59

    bravo! Du debut a la fin tous etait superbe! A quand les prochains? Vous pouvez etre fiere d'un Bon travail accomplis. Merci