Gilles Courteau rectifie le tir

Samuel
Samuel Duranceau-Cloutier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Suite aux propos qui ont été tenus au cours des derniers jours sur l'encadrement des joueurs juniors, dans le cadre de la possible venue d’une Association des joueurs de la Ligue canadienne de hockey (AJLCH), le commissaire Gilles Courteau a tenu à rectifier le tir auprès des médias, sans toutefois commenter la situation.

Le commissaire Gilles Courteau a tenu à rectifier le tir sur les allégations tenues au cours des derniers jours sur l'encadrement proposé aux joueurs de niveau junior majeur. (Photo Thaïs Martel)

«La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) s'insurge face aux mensonges qui ont été véhiculés sur les différents forums au cours des derniers jours. Ça fait 30 ans que je travaille pour la ligue et je peux vous dire qu'en matière de bien-être et de santé, nos joueurs sont biens encadrés». C'est de cette façon que le commissaire Gilles Courteau a débuté son point de presse, lui qui tenait à tracer les grandes lignes de ce qui est offert aux joueurs pendant la saison.

Sans vouloir commenter la possible venue d'une AJLCH, qui pourrait faire en sorte que l'encadrement des joueurs changerait, M. Courteau a expliqué la raison pour laquelle les joueurs ne reçoivent pas un salaire comme on voit chez les professionnels. «L'encadrement d'un joueur coûte plusieurs milliers de dollars, défrayés par l'équipe pour laquelle évolue l'athlète. C'est pour cette raison qu'ils reçoivent des allocations et non des salaires au cours de la saison», a-t-il laissé tomber.

L'année dernière, un demi-million de dollars a été remis en bourses aux anciens du circuit poursuivant des études universitaires ou professionnelles. «La réussite n'est plus une exception, mais bien une norme. L'effort du joueur à l'école et le soutien des professeurs sont la clé du succès en ce sens. L'année dernière, nous avions 97% de nos joueurs inscrits à un programme d'études, avec un taux de réussite à 85%», a affirmé le commissaire.

Lors de sa conférence, M. Courteau a également expliqué les démarches qui étaient faites en matière de nutrition, de voyagement, de santé et de prévention de la violence, expliquant qu'une politique de tolérance zéro avait été adoptée sur ce dernier point.

David Branch commente la situation

Sur le site officiel de la Ligue canadienne de hockey, le président David Branch a tenu quelques propos concernant la venue de la AJCHL, qui semble de plus en plus possible. «À ce jour, la Ligue n’a reçu aucune notification officielle concernant la création de cette association ou d’une quelconque intention de nos joueurs de s’associer», a-t-il expliqué.

Dans le même sens que Gilles Courteau, M. Branch a soulevé la qualité de l'encadrement offert aux joueurs. «Nous sommes d’avis qu’aucune ligue dans le monde autre que la LCH n’a fait plus de changements pour promouvoir le meilleur intérêt de ses joueurs tant sur la glace qu’à l’extérieur. Ceci est démontré par notre programme de sensibilisation aux drogues et antidopage, notre programme de gestion des commotions cérébrales, de nombreux programmes caritatifs et notre programme de respect dans le sport, développé par Sheldon Kennedy, et qui concerne les mauvais traitements infligés aux joueurs».

Organisations: Ligue de hockey junior majeur du Québec, David Branch, Ligue canadienne de hockey

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires