«Les choses se sont passées tellement vite»

Jonathan
Jonathan Habashi
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

- Sean Couturier

C’est fou comme les choses peuvent évoluer rapidement dans le monde du hockey. Il y a moins d’un an, Sean Couturier faisait encore partie des plans de la direction des Voltigeurs de Drummondville, qui espérait secrètement son retour avec l’équipe. Vendredi dernier, c’est dans la peau d’un membre à part entière des Flyers de Philadelphie que l’athlète de 19 ans a foulé les allées du Club de golf de Drummondville, où il assurait la présidence d’honneur du traditionnel tournoi de golf du club.

Assurant la présidence d’honneur du traditionnel tournoi de golf des Voltigeurs, Sean Couturier a foulé les allées du Club de golf de Drummondville, vendredi dernier. (Photo : Ghyslain Bergeron)

Après avoir forcé la main des Flyers pendant le camp d’entraînement, Couturier a surpassé les attentes à sa première campagne dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Déployant une étonnante maturité malgré son inexpérience chez les professionnels, le grand joueur de centre a rapidement fait sa niche au sein d’une des plus solides formations du circuit Bettman.

«Les choses se sont passées tellement vite pour moi dans la dernière année. Avec le recul, ma plus grande fierté est d’avoir percé l’équipe alors que j’étais âgé de seulement 18 ans. Je me rappelle comme si c’était hier de la journée où je suis arrivé au camp. À ce moment-là, c’était loin d’être certain que je reste à Philadelphie. Mais plus le camp avançait, mieux je me sentais. Les Flyers m’ont laissé la chance de prouver ce dont j’étais capable et j’ai sauté sur cette occasion», a raconté Couturier dans une entrevue accordée au journalexpress.ca.

En 77 rencontres en saison régulière, Couturier a compilé un dossier de 27 points (13 buts, 14 passes) et affiché un différentiel de +18, une statistique le plaçant au troisième rang chez les recrues de la LNH. L’Américano-Canadien né à Phoenix et ayant grandi à Bathurst s’est vu confier d’importantes responsabilités en défensive, étant l’un des attaquants des Flyers les plus utilisés en désavantage numérique. Puis, lors du premier tour des séries éliminatoires, il a réussi avec brio la mission de freiner le champion pointeur de la LNH, Evgeni Malkin, aidant ainsi les siens à éliminer les Penguins de Pittsburgh.

«Je me suis toujours fait un devoir d’être responsable défensivement. Dès le début de la saison, l’entraîneur m’a utilisé dans des situations défensives. Comme il a vu que je répondais bien à l’appel, il a continué de me faire confiance. C’est très valorisant d’être utilisé contre de gros noms», a commenté le premier choix des Flyers (8e au total) lors de la séance de sélection de 2011.

Parmi les facteurs ayant contribué à sa rapide progression chez les professionnels, Couturier identifie son séjour en pension chez le vétéran Daniel Brière, qui l’a rapidement pris sous son aile.

«Ça démontre à quel point les Flyers prennent soin de leurs jeunes. Les dirigeants de l’équipe ne voulaient pas que j’habite seul en appartement. Je n’ai pas hésité quand ils m’ont proposé d’être hébergé chez Daniel. C’est un francophone et je me sentais déjà à l’aise avec lui. Il était toujours là pour répondre à mes questions. Daniel est un bon leader qui a beaucoup de vécu dans la LNH. Son histoire est inspirante parce qu’il a traversé des moments difficiles, mais il en est ressorti encore plus fort», a témoigné Couturier à propos de celui qui a également galvanisé les partisans des Voltigeurs pendant trois saisons, mais quinze ans avant lui.

Même s’il se présentera dans la ville de l’amour fraternel avec une place déjà assurée au sein de l’alignement des Broad Street Bullies, Couturier n’entend pas s’asseoir sur ses lauriers jusqu’en septembre.

«Cet été, je m’entraîne très fort pour être fin prêt et au sommet de ma forme quand le camp va commencer. Mon objectif la saison prochaine est de continuer dans le bon chemin. Je veux forcer les entraîneurs à me confier encore plus de responsabilités», a exposé celui qui amorcera la deuxième année d’un contrat de trois saisons d’une valeur de 4,125 millions $.

Toujours en couple avec une Drummondvilloise rencontrée durant son stage chez les Voltigeurs, Sean Couturier passe une partie de son été à Drummondville, où il a loué un condo.

«C’est toujours plaisant de revenir ici. J’ai connu beaucoup de succès avec les Voltigeurs et je vais toujours rester très attaché à Drummondville», a conclu celui qui est devenu, par la force des choses, un formidable ambassadeur pour la concession drummondvilloise.

Organisations: Ligue nationale de hockey

Lieux géographiques: Circuit Bettman, Phoenix, Bathurst Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires