Éric Verrier demeure prudent : «Aucun scénario n’est écarté»

Jonathan
Jonathan Habashi
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le président du conseil d’administration des Voltigeurs, Éric Verrier, a d’abord fait preuve d’une grande prudence lorsqu’est venu le temps de commenter les résultats de l’étude de pertinence dans le dossier du nouvel aréna dévoilés jeudi par la Ville de Drummondville.

Éric Verrier (Photo d’archives, Ghyslain Bergeron)

Dans un discours faisant un net contraste avec celui qu’il tenait dans les derniers mois, alors qu’il ne cachait pas son impatience vis-à-vis du manque de leadership de la Ville dans ce dossier, le président des Voltigeurs a affirmé qu’il se réjouissait «de voir le dossier avancer». Rappelons qu’en conférence de presse, plus tôt dans la journée, les élus municipaux ont fait savoir que la firme ayant mené l’étude de pertinence recommandait le scénario impliquant le réaménagement du Centre Marcel-Dionne jumelé à la construction d’une nouvelle glace entourée de quelques centaines de sièges. Une étude de faisabilité se penchera maintenant sur cette recommandation pour en établir les coûts.

«Je vois ça d’un œil positif, a répété Éric Verrier à quelques reprises dans un entretien téléphonique avec le journalexpress.ca. Bien sûr, j’aurais été plus content si l’étude avait proposé de construire un nouvel amphithéâtre, mais je suis quand même content. Premièrement, le dossier avance dans la bonne direction : la Ville a constaté que le statu quo n’est pas une option envisageable. Tout le monde est maintenant d’accord : il doit se passer quelque chose à moyen terme dans ce dossier.»

Du même souffle, l’homme derrière la relance des Voltigeurs a dévoilé que l’avenir de la concession drummondvilloise aurait pu être menacé si l’étude avait plutôt suggéré à la Ville de privilégier le statu quo.

«Sans au moins un agrandissement, notre survie serait menacée, c’est sûr. Les budgets d’opérations vont toujours en augmentant dans la LHJMQ et notre capacité de générer des revenus dans l’actuel Centre Marcel-Dionne a atteint son maximum. On a fait tout ce qu’on pouvait avec cette structure, du moins telle qu’elle est actuellement», a-t-il expliqué.

Poursuivant sa réflexion, Éric Verrier s’est réjoui de constater que la Ville prenait le temps de bien faire ses devoirs : «Bien sûr, j’aimerais parfois que le dossier avance plus vite, mais à la fin, je suis convaincu que la Ville va prendre une décision éclairée pour le bien de tous les intervenants et des citoyens.»

«Pour le moment, les élus vont se pencher sur le scénario de l’agrandissement et de la nouvelle glace, mais dans les faits, aucun scénario n’a été écarté… y compris celui de la construction d’un nouvel amphithéâtre de 5000 sièges», a-t-il encore pris soin d’ajouter.

Appelé à préciser sa pensée, Éric Verrier a expliqué que l’étude de faisabilité qui sera bientôt commandée par la Ville permettra de répondre à deux questions importantes : structurellement, est-il possible de rénover et agrandir le Centre Marcel-Dionne afin de répondre aux besoins de ses utilisateurs? Et si oui, à quel coût?

«Je ne suis pas architecte, mais je crois qu’il y a des limites à faire du neuf avec du vieux. Quand on parle d’agrandissement, le Centre Marcel-Dionne a ses limites au niveau physique. C’est ce qu’on va savoir grâce à cette étude. Ensuite, la Ville va additionner le coût d’un tel réaménagement avec le coût de construction d’une nouvelle glace. Par la suite, j’imagine qu’elle va comparer ce total au coût de construction d’un aréna flambant neuf de 5000 sièges. Elle devra alors prendre une décision. Selon moi, il n’y aura pas un si grand écart entre les deux scénarios», a-t-il laissé entendre.

Est-ce ce moment que les Voltigeurs pourraient choisir pour se manifester en proposant une solution de financement qui permettrait de combler cet écart… et ainsi faire pencher la balance du côté du scénario impliquant la construction un nouvel amphithéâtre?

«On a toujours dit qu’on va s’impliquer dans le montage financier du projet, que la Ville aille de l’avant avec l’agrandissement ou le nouvel amphithéâtre. Est-ce que cette implication pourrait aller jusqu’à permettre de combler la différence entre les deux scénarios? Une fois les résultats de l’étude connus, on va évaluer la situation. On ne ferme aucune porte», a confié Éric Verrier en terminant.

Organisations: Centre Marcel-Dionne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires