«Un bilan à la fois simple et décevant»

Jonathan
Jonathan Habashi
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

- Mario Duhamel

L’air pur et frais de l’Abitibi-Témiscamingue n’a pas contribué à ragaillardir les Voltigeurs. Battue 2-0 par les Foreurs, samedi soir, à Val-d’Or, la formation drummondvilloise est revenue bredouille de son voyage de deux parties dans l’ouest du Québec.

Les Voltigeurs ont subi une quatrième défaite consécutive, samedi soir, à Val-d'Or.

Après une première période sans but, les Foreurs ont pris les devants grâce à Samuel Henley, qui a touché la cible dès la 58e seconde de jeu de la deuxième période. Le pointage est demeuré le même jusqu’en fin de match, quand Gabriel Beaupré a profité d’un avantage numérique de deux hommes pour doubler l’avance des siens. Un but qui a sonné le glas des Voltigeurs.

Joint à l'issue de la rencontre, Mario Duhamel a évalué que son équipe avait mis trop de temps avant de se mettre en marche.

«Ce fut un match très serré où il n’y a pas eu beaucoup de chances de marquer de part et d’autre. Dans une telle situation, la ligne est mince entre la victoire et la défaite. On a d’ailleurs frappé deux poteaux alors qu’on tirait de l’arrière 1-0. Si on avait marqué sur une de ces deux chances, ça aurait pu changer le résultat. Il n’en demeure pas moins qu’au cours des deux premières périodes, on a compétitionné avec eux, mais sans plus. On a bien joué défensivement, mais dans un match aussi serré, tu te dois de créer de l’offensive en déployant cette petite dose de combativité supplémentaire. En troisième, on a joué avec plus de hargne et on a mieux supporté le porteur de la rondelle. Le résultat, c’est qu’on a connu quelques temps forts en offensive», a analysé l’entraîneur-chef des Voltigeurs.

Devant le filet des Foreurs, Hugo Campeau a réalisé 24 arrêts pour décrocher son premier jeu blanc en carrière. Le gardien de 17 ans a réussi cet exploit à sa troisième décision dans le circuit Courteau. À l’autre bout de la patinoire, Simon Giroux a repoussé 23 des 25 rondelles dirigées vers lui.

«Giroux a fait son travail. Il nous a donné une chance de gagner. Quant à Campeau, on lui a rendu la vie trop facile durant les deux premières périodes. Il n’a pas eu à faire de gros arrêts», a indiqué Mario Duhamel.

Dans la défaite, les Voltigeurs ont subi une lourde perte quand André Bouvet-Morrissette a été blessé au dos dès sa première présence sur la patinoire après avoir reçu un double-échec qui est resté impuni. L’attaquant de 20 ans n’est pas revenu dans le match par la suite. Son état de santé sera réévalué au cours des prochains jours.

Un manque de concentration... et de respect

La veille, à Rouyn-Noranda, les Voltigeurs avaient échappé une avance de 5-3 en troisième période, voyant les Huskies marquer trois buts consécutifs en l’espace d’à peine cinq minutes. Ce douloureux revers de 6-5 a visiblement affecté la confiance déjà fragile des Drummondvillois.

«On livrait pourtant une bonne performance jusque-là, mais notre manque de concentration en troisième nous a coûté très cher. On avait la chance d’aller chercher deux points, mais on n’a jamais marqué le but qui aurait pu clouer le cercueil de l’adversaire. Cette défaite nous a fait très mal. Ça a changé la dynamique dans notre approche du match du lendemain. Au lieu de se préparer avec le sourire, on ressentait davantage la pression de gagner. C’est vrai que cette saison, on ne s’évalue pas nécessairement en termes de victoires et de défaites, mais il demeure qu’on a identifié des matchs-clés qu’on veut gagner. Ces duels contre des équipes à notre portée et qui évoluent à l’intérieur de notre division en font partie», a expliqué Mario Duhamel.

«Le bilan de cette fin de semaine est à la fois simple et décevant, a-t-il ajouté. On a manqué de respect envers les Huskies en les prenant à la légère. On ne peut pas mettre ça sur le dos de l’inexpérience, car on avait déjà commis la même erreur à l’Île-du-Prince-Édouard, il y a quelques semaines. Si on veut prendre du millage, il faut éviter de répéter nos erreurs. Quand on détient une avance en troisième période, on se doit de continuer à foncer. Si on perd, ce sera parce que l’adversaire aura bien joué et non pas parce qu’on lui aura donné l’opportunité de se relever.»

Marc-Olivier Brouillard

Au chapitre individuel, ce voyage aura aussi été marqué par le retour au jeu de Marc-Olivier Brouillard après une suspension interne de trois matchs. L’attaquant de 18 ans a bien fait face aux Huskies (une passe), mais il a été moins visible face aux Foreurs.

«Brouillard a été très bon vendredi. Il a mérité son temps de jeu en s’impliquant à chacune de ses présences sur la patinoire. Samedi, il a connu des hauts et des bas, un peu à l’image de l’équipe», a commenté Mario Duhamel à ce sujet.

De son côté, Adrian Saxrud-Danielsen a été rayé de l’alignement pour une quatrième fois en cinq matchs, samedi. Duhamel s’est déclaré insatisfait de sa tenue en défensive lors de son retour au jeu, la veille, face aux Huskies. Comme prévu, le défenseur de 19 ans quittera Drummondville dimanche afin de participer au camp d’entraînement de l’équipe qui représentera la Norvège au prochain championnat du monde de hockey junior.

N’ayant récolté qu’un point à leurs quatre dernières sorties, les Voltigeurs ne revendiquent que deux victoires à leurs onze dernières tentatives. Affichant désormais un dossier de 12-16-2-2, la formation drummondvilloise a été reléguée au quatrième et avant-dernier rang de sa division ainsi qu’en 14e position au classement général. L’équipe tentera de sortir de sa torpeur mercredi soir, à domicile, contre les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Lieux géographiques: Circuit Courteau, Rouyn-Noranda, Île-du-Prince-Édouard Drummondville Norvège Screaming Eagles du Cap-Breton

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Jean Dubois
    04 décembre 2011 - 19:44

    Quand le message ne passe plus il faut changer le messager.