«Personne ne peut mettre en doute le mécanisme de consultation déployé par la CSDC»

Gérard
Gérard Martin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Jeanne-Mance Paul, faisant une mise au point sur la politique de transport scolaire

Même si la directrice générale de la Commission scolaire des Chênes (CSDC), Christiane Desbiens, et le directeur du Service du transport et des technologies de l'information, Claude Marchand, ont pu rencontrer jusqu'ici bon nombre de citoyens et de parents de plusieurs municipalités afin de répondre aux questions et de les informer sur la nouvelle politique de transport scolaire, la présidente de l'organisme, Jeanne-Mance Paul, croit utile d'en dévoiler certains aspects pour le bénéfice de l'ensemble de la population.

Jeanne-Mance Paul (au centre) a tenu à faire quelques mises au point quant au processus ayant conduit à l'adoption d'une nouvelle politique de transport scolaire et sur les motifs ayant amené la CSDC à s'en doter. (Photo d'archives).

Tout en reconnaissant le caractère démocratique utilisé par les opposants pour se faire entendre, Mme Paul estime néanmoins que la critique de cette politique a donné lieu à son lot de commentaires et d’interprétations dont, à son dire, certains faits méritent d'être rétablis.

Le pourquoi et le comment

Avant toutefois de s'attaquer à ces aspects dont en particulier ceux sur la consultation et la sécurité, la présidente de la CSDC, dans un communiqué de presse, tient d'abord à mettre en perspective le pourquoi de cette nouvelle politique sur le transport et surtout la somme de travail consentie par le personnel et les élus scolaires pour l'élaborer de la façon la plus équitable. Jeanne-Mance Paul fait d'abord valoir que la clientèle desservie par la CSDC ne cesse d’augmenter et de s’étaler, si bien, à son dire, qu'il devenait nécessaire de revoir la politique du transport vieille de 14 ans. «Certaines décisions "au cas par cas" se sont transformées en droits acquis, provoquant une certaine iniquité des services offerts aux élèves. Pendant ce temps, l’enveloppe budgétaire consentie par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), pour "gérer" le transport, n’a pas augmenté et est même utilisée au maximum de sa capacité», établit la présidente de l'organisme. Devant cela, Mme Paul fait valoir que la commission scolaire a donc procédé à la "nécessaire" réécriture de sa politique en matière de transport. «Cette opération, contrairement à ce que certains semblent croire, ne s’est pas faite en vitesse ni au hasard, mais est bien le fruit d’un travail qui a duré près de deux années, durant lesquelles une cinquantaine de politiques en application dans l’ensemble du Québec ont été étudiées et de nombreux intervenants et/ou consultants ont été rencontrés», précise Mme Paul. Celle-ci renchérit en faisant savoir que ce projet de politique a par ailleurs été soumis aux commissaires lors de 13 ateliers de travail au cours desquels ils ont pu analyser toutes ses composantes et en débattre lorsque nécessaire.

Consultation

Concernant le processus de consultation utilisé par la CSDC pour l'élaboration de cette nouvelle politique de transport scolaire, Mme Paul tient à donner l'assurance qu'il est allé bien au-delà de ce qui est exigé par la loi

«Dans le cadre de leur récente sortie publique dans les médias locaux, les porte-parole des opposants à notre politique ont mis en doute le processus de consultation mené en marge de l’adoption de la politique. Qu’il nous soit permis de préciser que les gestes de consultation que nous avons posés sont allés bien au-delà de ce qu’exige de notre part la Loi sur l’instruction publique», plaide la présidente de la commission scolaire.

Selon Jeanne-Mance Paul, la CSDC aurait pu limiter cet exercice au comité de parents de la commission scolaire, lequel est constitué de parents représentant tous ses établissements.

«Mais, nous avons mis à contribution le comité consultatif du transport de la commission scolaire, toutes nos directions d’établissement, de même que nos différents syndicats et associations. Toutes ces entités, qui nous représentent et vous représentent ont donné leur aval à la nouvelle politique, en exprimant leurs réserves lorsque cela s’imposait», adresse Jeanne-Mance Paul.

Pour cette dernière, on ne saurait mettre en doute le mécanisme de consultation déployé, ni la bonne foi, ni la responsabilité de celles et ceux qui y ont pris part.

De façon plus concrète, la présidente Paul rappelle que dès le mois de mars 2012, un dépliant présentant les modifications à la politique, précédé d’un message téléphonique, a été transmis à tous les parents et une "foire aux questions" portant sur la politique et ses impacts a été mise en ligne sur le site internet de la commission scolaire.

«Cette démarche se voulait la démonstration du souci de la commission scolaire d’informer la population à l'avance de ce qui allait être mis en place en 2012-2013», évoque Mme Paul en ajoutant à ces initiatives les rencontres avec les élus dans toutes les municipalités, des rencontres qui se poursuivent.

Un autre aspect qu'a voulu aborder la présidente de la CSDC est celui de la sécurité des élèves, une question qui est souvent sortie de la bouche des parents mécontents et des maires les ayant accompagnés, entre autres, lors de la dernière séance du conseil des commissaires.

«Il va de soi que la sécurité des élèves est une priorité pour la commission scolaire. À titre d’exemple, on peut penser à l’entretien rigoureux de nos bâtiments. En effet, la CSDC se soucie d’un environnement sécuritaire et sécurisé pour les élèves, mais également pour les membres de notre personnel. Aussi, il est important de mentionner que la sécurité des enfants n’est pas sous notre seule responsabilité. Les municipalités et les parents y ont aussi un très grand rôle à jouer», fait valoir Jeanne-Mance Paul.

En guise de conclusion, cette dernière souhaite que la population retienne que la Commission scolaire des Chênes est plus humaine que certains le croient ou voudraient le laisser croire et que la sécurité des élèves est une préoccupation d'importance autant des élus que les membres de son personnel.

Organisations: Commission scolaire des Chênes, Ministère de l’Éducation, MELS Conseil des commissaires

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires