Un virus a fait des ravages à Jean-Raimbault

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Cette école de la CSDC a pris le 1er rang pour les heures de lecture

Depuis janvier dernier, une trentaine d'élèves de secondaire 1 à 5 de l'école Jean-Raimbault ont adhéré à un club de lecture chapeauté par l’organisme Communication-Jeunesse.

Les membres du Club de lecture de Jean-Raimbault ont attrapé un bien beau virus qui se propage de façon particulière à la bibliothèque de l'école.

Cet organisme culturel national, précisons-le, voit à la promotion de la littérature jeunesse québécoise et canadienne-française.

Le virus lecture

Nouvellement membres, les jeunes, au dire de l’organisatrice, Valérie Auclair, ont été bien motivés pour participer à la première activité proposée : le virus lecture.

«Ce virus très contagieux a provoqué des comportements de lecture effrénés. Chaque élève devait compiler le nombre d’heures qu’il lisait sur une période de 22 jours. J'étais très confiante que mes membres sauraient se démarquer les voyant toujours le nez plongé dans leurs livres lorsqu’ils étaient à la bibliothèque», a fait part Mme Auclair.

Ainsi donc, à chaque jour, plusieurs élèves transmettaient leurs heures compilées à leur responsable qui affichait aussi régulièrement que possible un décompte sur le groupe Facebook et sur le babillard à la bibliothèque.

«Les heures montaient à une vive allure. Je crois d’ailleurs qu’une grande partie des heures compilées se sont lues à la bibliothèque de l’école», commente Valérie Auclair.

Toujours est-il qu'au final, Jean-Raimbault s’est classée première au Québec avec 922 heures de lecture.

De ce fait, l’école a mérité cinq séries de romans qui seront tirés au hasard parmi les 30 membres du club de lecture.

«Bref, le virus ici a fait bien des ravages. Bravo au club de lecture Des Livres-Nous!», en conclut Valérie Auclair.(GM)

Organisations: école de la CSDC, Groupe Facebook

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires