Le CSSS Drummond apporte des précisions

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En réaction au reportage de Radio-Canada diffusé le 12 juillet dernier concernant une démarche administrative interne en cours au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Drummond, la direction générale de l’établissement a tenu à apporter les quelques précisions via un communiqué de presse.

Yves Martin (Photo d'archives)

Rappelons ici que selon Radio-Canada, un enquêteur a obtenu le mandat de faire la lumière sur des allégations de harcèlement en milieu de travail qui persistent dans certains services du CSSS Drummond. La direction de l’établissement souhaiterait de la sorte mettre un terme au climat de travail malsain qui règne dans certains services depuis plusieurs années.

«À la suite de quelques allégations ciblées qui ont été portées à l’attention de la direction du CSSS Drummond, un processus administratif a aussitôt été enclenché conformément aux politiques de gestion interne en vigueur dans l’établissement. Par ailleurs, il n’est pas d’ordre public. À ce sujet, le CSSS Drummond s’est engagé au respect le plus strict de la confidentialité dans sa politique. Aucun commentaire ne sera donc émis», a fait savoir le directeur général du CSSS Drummond, Yves Martin.

En ce qui concerne le climat de travail, M. Martin a rappelé qu’un récent sondage sur la mobilisation du personnel réalisé auprès de l’ensemble des équipes du CSSS Drummond dans le cadre de la dernière visite d’Agrément Canada qualifie le climat de travail de bon et dans la moyenne des établissements comparables.

«D’ailleurs, la certification qui nous a été décernée en mars 2012 par Agrément Canada en témoigne éloquemment, avec l’obtention d’une note de 94% au regard de l’ensemble des normes et standards rigoureux de certification», a-t-il précisé.

M. Martin a également précisé que le plan stratégique 2011-2015 élaboré par la direction et adopté par le conseil d’administration l’an dernier vise à ce que le CSSS Drummond devienne un établissement modèle et un employeur de choix.

«Au quotidien, nous mettons tout en œuvre, en nous appuyant sur le talent, l’intelligence, le savoir et le savoir-faire de tous les partenaires, instances et membres du CSSS Drummond, pour atteindre cette vision d’excellence dans le cadre d’un processus d’amélioration continue», a-t-il indiqué.

«Il est important de mentionner qu’aucun usager n’est concerné par ce processus. Le CSSS Drummond en profite pour réaffirmer que la prestation de soins et de services de qualité à la population est constamment au cœur de ses préoccupations», a conclu le directeur général de l’établissement drummondvillois

Organisations: Radio-Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • André Sirois
    13 juillet 2012 - 15:51

    Se qui a été dit à radio canada est vrai , l'hôpital nage dans un très grand problême , demander à des infirmières hors de leur travail tout en restant dans la confidiancilité et vous verrez comment ils sont traités , se n,est vraiment pas humain les obligé à faire des 12 heures et plus si non ils ont pénalisés après deux refus de vouloir travailler après une journée de huit heures .on a vue un cas ou une infirmère était au travail et elle a été appellé chez elle pour rentrer au travail et elle était déja sur quart de travail , voyons donc , on en revenais pas.

    • infirmière partie
      13 juillet 2012 - 22:13

      En bonne connaissance de cause, le harcèlement est omniprésent de la part de l'équipe dirrigeante à Drummondville. Un climat malsain au sein des ressources humaines est selon moi la source du problème. Bref, moi j'ai quitté mon emploi dans ce centre (CSSS Drummond) et je m'en porte TRÈS bien. C'est un bel exemple de mauvaise gestion de tête forte. Et en effet...moi aussi je ne peux dire combien de fois j'ai été appellé et céduler à 2 endroits en même temps, combien de fois j'ai eu des sois-disant "note à mon dossier" pour des raisons complètement stupide. Ex. Refuser de travailler sur un quart dont je ne m'étais même pas mise dispo. Ou bien me faire menacer d'avis disciplinaire si je n'apportais pas de motif médical pour UNE journée d'absence maladie....sur une journée de semaine qui n'était pas non un ferrié... Partie et très heureuse de ne plus vivre ces formes de menaces.