«On sent la hargne envers Jean Charest»

Claude Thibodeau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ex-candidat aux élections provinciales de 2003 et de 2007, Pierre Hébert de Sainte-Élizabeth-de-Warwick figure, notamment avec Jean Landry dans Arthabaska, comme l’un des 43 candidats indépendants au Québec en vue du scrutin du 4 septembre. «Cette élection-ci est très différente des deux autres, note-t-il. On sent bien la hargne envers Jean Charest. C’est très palpable.»

Pierre Hébert, candidat indépendant

Les limites dans le temps et dans les finances ne facilitent pas la vie d’un candidat indépendant, souligne Pierre Hébert. «Et puis, comme indépendant, on obtient moins de place dans les médias. Par exemple, je n’ai reçu aucune invitation à participer au débat à Drummondville. C’est une grave erreur, juge-t-il. Les gens ont des messages à livrer, des idées à exprimer.»

De plus, le nombre élevé de candidats indépendants n’est pas étranger, selon lui, au contexte actuel. «Quarante-trois candidats, c’est une première, cela ne s’est jamais vu au Québec, dit-il. Cela témoigne du vent de mécontentement.»

Pierre Hébert reconnaît avoir été approché pour joindre les rangs de la Coalition avenir Québec (CAQ). «Mais j’ai refusé principalement en raison de sa position face aux régions. Je suis tanné de constater que Montréal figure toujours devant au chapitre des subventions», souligne le candidat Hébert qui considère François Legault comme un bon numéro deux plutôt que numéro un. «Il est un bon administrateur. Il a une approche administrative», précise-t-il.

Le ménage

«Nous devons faire le ménage dans notre propre cour», affirme le candidat de Sainte-Élizabeth-de-Warwick.

Pierre Hébert suggère «une restauration majeure» au gouvernement en resserrant les règles du jeu et en revoyant, par exemple, la loi de l’Assemblée nationale, la loi électorale et le rôle des députés, entre autres.

Le candidat indépendant prône des élections à date fixe, la correction de la carte électorale en respectant les différents territoires administratifs (MRC) et la révision à la baisse du nombre de députés. «Le nombre de députés pourrait correspondre à celui des MRC, 104. Nous avons des MRC bien en place, bien structurées. Un député a pour mission de représenter les citoyens», fait-il valoir.

Une délimitation d’une circonscription comme celle de Drummond-Bois-Francs n’a pas sa raison d’être, selon lui. «Si je suis élu et que je fais bien ma «job», dans quatre ans, je n’aurai plus d’emploi puisque le comté aura disparu», signale-t-il.

Dans son «offre de service», Pierre Hébert, au niveau local, propose le développement d’une surveillance accrue, sans préavis, pour les aînés en résidences d’hébergement de façon à les protéger contre toutes formes d’abus.

Au niveau agricole, le candidat plaide en faveur d’une stratégie pour protéger les terres agricoles contre la vente à des puissances étrangères.

Sur la scène nationale, le candidat indépendant estime qu’un moratoire doit être imposé sur le projet du Plan Nord. «Il y a urgence de stopper ce projet afin de faire toute la lumière sur les allégations de corruption surtout reliées au monde de la construction.»

Par ailleurs, en matière de finances publiques, Pierre Hébert favorise l’élimination de toutes les primes au rendement des dirigeants de la fonction publique.

Enfin, en éducation, la réussite scolaire, selon lui, passe notamment par la diminution d’élèves par classe, par l’augmentation du nombre de professionnels (psychoéducateur, orthophoniste, orthopédagogue) et par la revalorisation de la profession de l’enseignement.

Organisations: MRC, Coalition, CAQ Assemblée nationale

Lieux géographiques: Québec, Drummondville, Montréal Sainte-Élizabeth-de-Warwick.Pierre Hébert Plan Nord

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires