Coalition Poids : une personne sur deux souffre d’embonpoint

Joanie Harvey
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La présidente de l’Association pour la santé publique du Québec, Lucie Thibodeau et la directrice de la Coalition Poids, Suzie Pellerin, ont lancé la tournée du Québec à Saguenay mercredi dernier.

La Coalition Poids a fait part de sa plus grande préoccupation, mercredi à Chicoutimi, lors du lancement de sa tournée provinciale. La Coalition demande aux différents partis de s’engager dans leur campagne électorale à investir en prévention dans le domaine de la santé, notamment en ce qui concerne l’obésité.

« Une personne adulte sur deux souffre d’embonpoint ou d’obésité et c’est le cas pour un enfant sur quatre », indique la directrice de la Coalition Poids, Suzie Pellerin, qui croit qu’il est essentiel d’agir rapidement.

« Ce n’est pas de gérer la vie des gens, mais de leur permettre de faire des choix plus santé. Par exemple, des lieux exemplaires comme les écoles et les hôpitaux devraient favoriser les choix santé », exprime-t-elle.

La Coalition québécoise sur la problématique de poids propose notamment de taxer les boissons sucrées, augmenter l’accès et la consommation d’aliments sains et abordables et encourager un mode de vie actif par la création d’environnements favorables au transport actif et collectif.

« Si la manette est plus accessible que la raquette, il est possible que le jeune, ou même l’adulte choisissent la première option. C’est un enjeu qui est entre les mains de tous, dont ceux qui construisent les villes et qui choisissent les commerces », souligne la présidente de l’Association pour la santé publique du Québec, Lucie Thibodeau.

Selon la Coalition Poids et une étude menée en 1999, les coûts liés aux maladies dues à des problèmes de poids coûtaient 1,5 milliard $ par année au gouvernement. Pour chaque dollar investi en prévention, ce sont 5,60 $ qui seraient sauvés en soins de santé.

« On a besoin d’un ministre de la santé charismatique, convaincant et charmant qui saura être gentil avec les ministres du transport pour les routes et pistes cyclables sécuritaires et accessibles, de l’éducation pour offrir des cours de cuisine et augmenter le temps pour l’activité physique, ainsi que le ministre des Finances pour taxer les produits néfastes ». Il doit être exemplaire dans ses actions, ses interventions et ses orientations, selon Suzie Pellerin de la Coalition Poids.

Plus de 220 partenaires à la Coalition Poids issus des domaines de la santé, de l’environnement et du transport, notamment, ont été sondés pour connaître les priorités pour la présente campagne électorale.

Organisations: Coalition Poids, Coalition québécoise sur la problématique de poids

Lieux géographiques: Chicoutimi, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • André Sirois
    19 août 2012 - 18:04

    Oui laisser les parents faire les repas aux enfants, on a mangé à la cantine et on est pas morts on est pas maigre ni gras , ses brimer la liberté des jeunes et les nutriotonistes sont dans le champs de patates , on va voit les proffs et il mangent comme des cochons tout traine dans leur salle et les mégos de cigarette débordent des cendrier ouffffff pas jolie et après on demande aux enfants de nettoyer leur table se qui est bien , mais qu"on le demande aux professeurs aussi. et laisser donc les parents juger , de toute façons les enfants vont dans les restaurants pas trop loin , alors vos menus font dure car a devient des restants de table ha ha ha .

  • une personne
    18 août 2012 - 18:18

    laissé donc le monde manger comme il veule c'est leur choix dans les écoles c'est rendu fou comment c'est capoté il ne laisse plus les jeune amener ce qu'il veule à manger sa l'exagère la