L'agriculture et la relève agricole dans Johnson, des priorités pour Nancy Boyce

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La candidate libérale Nancy Boyce sillonne actuellement les routes du comté de Johnson afin de rencontrer la population, dont un grand nombre d’agriculteurs. Elle a rappelé que le développement agroalimentaire et la relève agricole sont à l’avant-plan de son programme électoral.

Nancy Boyce promet de s�impliquer afin d�encourager et de stimuler la relève agricole.

«Je rencontre les agriculteurs pour leur parler de relève et de gestion environnementale. Partout au Québec, l’agriculture est un grand défi et le comté de Johnson ne fait pas exception. Je veux m’asseoir avec eux pour trouver des solutions à leurs problèmes et faire cheminer les dossiers qui leur tiennent à cœur au sein de l’appareil gouvernemental», assure Nancy Boyce.

Sous un gouvernement libéral dirigé par Jean Charest, le budget consacré à l’agriculture atteindra en 2012-2013 un sommet inégalé, pour se situer à tout près de 1,1 milliard de dollars. Ce budget démontre sans équivoque l’importance qu’accorde le gouvernement à l’industrie agricole et bioalimentaire. De son côté, Pauline Marois propose d’imposer à nos producteurs une souveraineté alimentaire qui les appauvrirait en les privant de nouveaux marchés.

«Le gouvernement libéral a posé des gestes concrets pour accroître les revenus des producteurs agricoles au moyen de différents programmes adaptés aux besoins des agriculteurs, entre autres par le Programme de soutien à l’adaptation des entreprises agricoles et le Programme d’appui au développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire en région. Ceci permettra aux agriculteurs de la région de profiter d’un maximum de retombées», affirme Nancy Boyce.

Favoriser le transfert d’entreprises familiales

Madame Boyce promet aussi de s’impliquer afin d’encourager et de stimuler la relève agricole, dans le but d’assurer la pérennité des fermes familiales.

À cet effet, la mesure annoncée aujourd’hui par le premier ministre et chef du Parti libéral du Québec, monsieur Jean Charest, vient confirmer l’importance qu’accorde le gouvernement aux exploitations agricoles familiales ainsi qu’à leur relève.

«Un gouvernement libéral fera passer de 750 000 $ à un million de dollars l’exonération fiscale d’impôt sur les gains en capital lors d’un transfert familial d’une entreprise agricole québécoise. Voici une mesure concrète, qui encouragera la reprise de l’entreprise familiale par un proche et stimulera la croissance économique du Québec», a affirmé Mme Boyce.

Organisations: Parti libéral du Québec

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • vincent kelhetter
    19 août 2012 - 13:12

    Madame vous me dites que le gouvernement donc la population donne 1.1milliard de dollars a l`Agriculture . Pouvez - voua me dire combien de millions vont sur les fermes familliales? vous allez être trés surprise madame avec notre beau monopole qui a permi aux intégrateurs de bénéficier de la financiere et tous les fonctionnaires qui se payent avec ce 1.1 milliard il reste des miettes pour la ferme familliale c'est pour cela que le taut de scuicide en agriculture est le double des autres professions et la moyenne d'âge 51 ans ... Je vous encourage neanmoins de garder le cap sur la releve, des idées j'en ai de trés bonnes mais pour les réaliser notre gouvernement devra commencer par réaliser que presentement 98 % des agriculteurs ne vont plus aux assemblées du monopole faute de democratie ,la BASE est la pour payer les contributions et les administrateurs DEPENSENT la COLBEX etant le plus bel exemple.La premiere solution devient donc la PLURALITÉ SYNDICALE ...Vincent Kelhetter membre du conseil d'administration du CONSEIL DES ENTREPRENEURS AGRICOLES

  • Benoit Lussier
    15 août 2012 - 13:54

    Si Mme Boyce est pour la relève agricole, j'aimerais bien entendre ce qu'elle a à dire aux producteurs de bovins qui devront, pour les prochaines années, assumer une dette de 32 millions relativement à la faillite de Levinoff-Colbex, cet abattoir qui fut sauvé aux frais des contribuables et qui par pur hasard était toujours géré par de très généreux donateurs du parti libéral...