Nancy Boyce complétera sa tournée de consultation avant de faire des promesses

Jean-Pierre
Jean-Pierre Boisvert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Nancy Boyce, la candidate libérale dans Johnson, n'a pas encore identifié les projets régionaux qu'elle défendra en tant que députée, préférant attendre de compléter sa tournée de consultation, et dit ne pas être fermée à l'idée d'un débat avec Yves-François Blanchet qui le souhaite ardemment.

Nancy Boyce ne ferme pas la porte à la possibilité de débattre avec Yves-François Blanchet.

Lors de sa première conférence de presse dans son local du boulevard René-Lévesque, où l'accompagnait ce matin le député Yvon Vallières, Mme Boyce a d'abord commencé par s'adresser à la vingtaine de sympathisants qui étaient sur place en soulignant qu'elle faisait siennes les valeurs et les promesses de son chef Jean Charest.

«Je travaillerai avec énergie pour aider à réaliser cet engagement de créer 250 000 nouveaux emplois et de baisser le taux de chômage à 6 % d'ici 2017. Je serai avec le Parti libéral qui s'engage à mettre en place des conditions qui permettront aux travailleurs plus âgés de rester plus longtemps sur le marché du travail s'ils le veulent. De plus, je supporte entièrement cette initiative de tenir une conférence nationale sur l'organisation du travail pour les travailleurs expérimentés», a-t-elle mentionné.

En entrevue exclusive, Nancy Boyce a révélé qu'elle n'a pas encore cerné les enjeux de la circonscription de Johnson. «Je suis au cœur d'une tournée de consultation, au cours de laquelle je prévois rencontrer les maires et les chefs d'entreprise. Une fois complétée cette série de rencontres et de discussions, j'aurai la vue d'ensemble nécessaire pour cibler les principales revendications des gens de Johnson. Pour le moment, je ne fais pas de promesses», a-t-elle expliqué.

Quant à la possibilité de participer à un débat avec le député sortant Yves-François Blanchet, Mme Boyce n'est pas partante pour le moment, mais ne ferme pas la porte. «Je ne suis pas aussi expérimentée en cette matière que peut l'être mon adversaire. Quand j'aurai un ou deux mandats derrière moi, je serai plus à l'aise. Mais la campagne électorale est encore jeune», a-t-elle laissé tomber.

Yvon Vallières, qui mettra fin à sa carrière politique de 34 ans le 4 septembre, a pris la parole pour vanter le bilan du Parti libéral, mais, en privé, a admis que le fait de quitter la politique et de ne plus rencontrer les gens va lui manquer. «Il y aura une certaine forme de sevrage, mais je ferai des choses différentes, comme apprendre à jouer de la guitare».

Organisations: Parti libéral

Lieux géographiques: Boulevard René-Lévesque

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires