La malédiction prend tout son sens dans le tome 2 de la saga des Barjaulet

Gérard
Gérard Martin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'auteur bonconseillois Claude Lemay y plonge les trois enfants du couple maudit

Heureusement, les lecteurs qui ont découvert la vie tumultueuse et désordonnée de la famille Barjaulet à travers le tome 1 de la trilogie de Claude Lemay n'auront pas à attendre trop longtemps pour en connaître un autre épisode, sauf que cette fois, pour le tome 2, ce sont les trois enfants de ce couple maudit qui font les frais de La Barjot, La malédiction.

Claude Lemay réserve bien des surprises dans son quatrième roman, La Barjot, Tome 2, La malédiction.(Photo d'archives : Ghyslain Bergeron)



Quelques mois après la publication de La Barjot, Tome 1 – L'arrivée à Saint-Rédempteur, l'auteur bonconseillois nous transporte cette fois, près de deux décennies plus tard, soit quelque part au début des années 1970, dans ce bled imaginaire de Lanaudière où Adrien Barjaulet et Rose-Aimée Marin dit La Barjot avaient choisi de s'établir après avoir quitté l'Abitibi dans des circonstances pas très claires aux yeux des habitants de leur village d'accueil.

Ceux qui ont lu le tome 1 savent déjà que ces deux personnages ne partagent rien en commun avec la vie habituellement tranquille des gens ayant vécu sur une petite ferme à l'époque de Duplessis, tellement les drames, les atrocités et les mystères s'y sont multipliés au fil des années.

Même s'il s'agit d'un roman, l'œuvre de Claude Lemay tente à démontrer, comme plusieurs le pensent, que les traits héréditaires sont indéniables.

«Les enfants Barjaulet doivent déjà faire avec et ne pourront jamais le nier, ni l'oublier. Ils sont déjà condamnés à tenter à s'en affranchir», reconnaît d'emblée l'auteur qui endosse cette théorie.

Pour s'en convaincre, il suffit de prendre connaissance du premier chapitre où l'on apprend que tout Saint-Rédempteur est en émoi après avoir entendu un coup de feu, tel un coup de tonnerre, retentir de la ferme des Barjaulet.

Laissons Claude Lemay nous dresser le portrait à l'arrivée des policiers dans ces lieux de misère.

«L'air est lourd et suffocant dans le séchoir. Une odeur moite se mêle à celle de la poudre qui flotte dans l'air. La scène est plus pathétique que macabre. Joseph Barjaulet est assis à même le sol et pleure comme un veau. Tout près, en face de lui, son père Adrien git au sol, le visage défiguré par une décharge d'arme à feu. La carabine est toujours là, entre les deux hommes.»

Voilà pour le fils. Quant aux deux sœurs, Colombe et Béatrice, il semble bien qu'elles auront droit elles aussi aux mauvais sorts ou aux affres du destin.

«Quelle vie les Barjaulet survivants pourront-ils avoir ? Quel avenir peut espérer Colombe ? Qu'en est-il vraiment des démêlés judiciaires de Béatrice ? Peut-on se faire une vie après une enfance aussi perturbée ? Quelles sont les séquelles d'un héritage aussi taré. Peut-on espérer conjurer la malédiction des Barjaulet ?», voilà autant de questions qui trouveront réponses dans ce tome 2.

Ce quatrième roman de Claude Lemay, disons-le, est déjà disponible sous format numérique et papier par l'entremise du site de l'éditeur: http://manuscritdepot.com/a.claude-lemay.4.htm#menu.

Le tome 2 sera aussi disponible chez Buropro/Librairie du Centre alors que les premiers exemplaires sont attendus sur les tablettes dès le début novembre, si ce n'est déjà fait.

Le 3e et dernier tome de La Barjot, ayant pour titre «La destinée», ne saurait d'ailleurs trop tarder, au dire de l'auteur qui en a presque déjà complété l'écriture.

Lieux géographiques: La Barjot, Abitibi, Duplessis

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires