Savourer une bonne poutine au son d’Avec pas d’casque

Maxime
Maxime Rioux
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Arrivée dans le décor sous forme d’un duo avant de grossir ses rangs d’un nouveau membre, puis d’un second, la formation Avec pas d’casque se présentera finalement sur scène en version quatuor au Festival de la poutine. Le spectacle débutera en début de soirée, soit juste avant les Vulgaires Machins et Kaïn.

Le quatuor Avec pas d’casque sera en spectacle durant le Festival de la poutine. La prestation aura lieu samedi soir, juste avant celles de Vulgaires Machins et de Kaïn.

Évoluant dans un style pouvant s’apparenter à un folk très doux et ambiant sur lequel les textes sont mis à l’avant-plan, Avec pas d’casque ne laisse pas indifférent.

Avec à sa tête l’auteur-compositeur-interprète et réalisateur Stéphane Lafleur, le groupe propose des pièces aux textes bien ciselés et tout à fait particuliers. L’Express a eu l’occasion de discuter avec le chanteur.

«Ça sera la deuxième fois que nous jouerons au Festival de la poutine, a d’abord souligné Stéphane Lafleur. On ne choisit pas les mêmes chansons pour un spectacle présenté à l’extérieur : le répertoire est plus varié. Mais c’est certain que nous allons puiser dans nos trois albums, plus particulièrement dans notre plus récent.»

Avec ce plus récent disque, intitulé «Astronomie», le groupe s’est attiré des critiques fort élogieuses. Qui plus est, la pièce «Intuition 1» a été utilisée par un illustre inconnu (Jérémie Battaglia) qui, au plus fort de la crise étudiante, l’a utilisée pour la création d’un clip plutôt émouvant nommé «Casseroles - Pots ans pans» qu’il a ensuite mis en ligne sur YouTube.

«Cette initiative ne venait pas de nous, précise Stéphane Lafleur à ce sujet. Quelqu’un nous avait informés qu’une personne avait utilisé une de nos chansons sur YouTube. Nous ne connaissions pas Jérémie. Nous l’avons rencontré par la suite et, dès que nous avons vu le clip, nous étions d’accord pour l’utilisation qu’il avait faite de notre chanson.»

La version originale de ce petit clip a été vue et entendue par quelque 400 000 internautes.

Ainsi, les pièces de Avec pas d’casque touchent de plus en plus de monde.

«Au départ, avec le nom de notre groupe, j’ai l’impression que les gens croyaient que nous étions peut-être des humoristes. Ce n’était peut-être pas clair», blague le chanteur, également connu pour son travail en tant que réalisateur et de scénariste, notamment pour le film «Continental, un film sans fusil», qui met en vedette Gilbert Sicotte, Fanny Malette et Réal Bossé et qui a mérité quatre prix Jutra.

Questionné sur l’importance de ses différents chapeaux de créateur, Stéphane Lafleur affirme avoir «besoin de tous pour continuer de créer».

«Ça me garde dans un esprit créatif. Et puis il s’écoule toujours deux ou trois ans entre deux films : ça me donne le temps de faire autre chose. À mon avis, la musique, c’est plus direct et plus intime. Les gens te font rentrer dans leur salon et t’écoutent», opine-t-il.

Lui et ses acolytes sont très à l’aide avec ce début de succès populaire.

«On est content de notre année et de notre disque. Depuis le début, ça fonctionne grâce au bouche à oreille. Parfois, comme c’est le cas présentement, les étoiles s’alignent et c’est difficile, voire impossible d’expliquer pourquoi. Peu importe l’ampleur que ça prend, du moment que les gens ne suivent pas pour l’effet de la mode. Si une montée doit survenir, j’aime autant qu’elle se fasse lentement et que chaque couche soit solide. Jusqu’à maintenant, les gens qui nous suivent sont des curieux. À cet égard, si on pense aux belles carrières, solides, on peut penser à celle de Richard Desjardins.»

À propos du Festival de la poutine, Stéphane Lafleur n’a que de bons mots.

«Les Trois Accords sont des gars que je respecte beaucoup. J’aime aussi beaucoup ce qu’ils font. Quand on participe au Festival de la poutine, on ne peut que constater qu'ils ont mis le paquet concernant l’accueil des artistes. Eux qui ont vécu plusieurs festivals, ils n’ont gardé que les bons côtés. Ce sera encore une fois un réel plaisir d’être là», assure le chanteur.

Bref, il sera bientôt temps de découvrir ou de redécouvrir ce quatuor tout en savourant la spécialité des… «poutiniers» de l’édition 2012.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires