Avec la féerie de Noël, quelques flocons et plus de promotions, les Québécois dépenseront pour les Fêtes

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Par le Commissariat au commerce

Les fêtes représentent la période dans l’année la plus lucrative pour les commerces de détail, suivi au 2e rang par le retour à l’école et au 3e rang par l’Halloween. Les célébrations de Noël 2011 des Québécois liées majoritairement à l’achat de cadeaux et complémentairement de produits alimentaires ainsi que l’alcool devraient générer des recettes de 2,3 milliards $, soit 2 % de plus que l’an dernier et une moyenne de 673 $ par ménage.

Ce sont les faits saillants, que le Commissariat au commerce relève, du sondage sur les comportements d’achat des Québécois pour les fêtes réalisé par le Groupe Altus pour le compte du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) en novembre dernier.

Voici plus en profondeur les résultats:

Le rituel des achats des fêtes prime la situation financière des ménages

Pour 64 % des répondants comparativement à 68 % en 2010, leur situation financière n’influence pas leur décision de donner des cadeaux à Noël. Les 36 % de Québécois plus incertains en raison de leur situation dépenseront nettement moins en moyenne soit (263 $). L’âge, la présence d’enfants et le revenu sont toujours des facteurs déterminants. C’est donc une majorité (59 %) des Québécois qui prévoient faire des achats pour les fêtes.

À l’image de la prudence des consommateurs, l’attitude lors des achats du temps des fêtes sera pour 62 % des répondants dans la recherche du meilleur prix ou de restreindre ces achats aux articles inscrits sur leur liste. Soulignons que 5 % des Québécois prévoient ne faire aucun achat pour les fêtes.

Parmi les Québécois projetant d’effectuer des achats pour les fêtes, plus de la moitié (56 %) auront commencé leurs achats au plus tard en novembre. «Depuis deux semaines, mentionne la gérante Isabelle Rouet, du Complexe Desjardins. Il y a plus de promotions cette année.»

«La courbe des ventes change maintenant, note Lili Fortin, directrice au développement des affaires de Tristan. L'impact du Boxing Day est un peu déplacé. Les détaillants devancent de plus en plus les ventes.»

35 % n’effectueront leurs achats qu’en décembre, dont 13 % des Québécois à l’Après-Noël. Ces périodes des achats équivalent à celles de l’an dernier. C’est en moyenne à 6,7 personnes que les répondants prévoient faire des cadeaux pour les fêtes, soit sensiblement le même nombre que l’an dernier.

«On s'attend à vendre un peu plus cette année, mentionne toutefois Louise Fourès, directrice des finances de La vie en rose. On s'attend à des hausses de 3% ou 4%, comme les ventes des derniers mois ont été plus élevées qu'à la même période l'an dernier. Le consommateur reprend confiance.»

Stabilité dans les montants dépensés aux fêtes

En moyenne, les ménages québécois estiment dépenser 673 $ pour tous les achats des fêtes 2011, ce qui correspond à 1 $ près aux dépenses de l’an dernier. Trois quarts des Québécois (75 %) prévoyant effectuer des achats pour Noël pensent dépenser autant ou plus que l’an dernier. 22 % des répondants ont l’intention de diminuer leurs dépenses et seulement 7 % estiment les augmenter.

La répartition cadeau/alimentaire du montant dépensé demeure stable d’année en année et s’échelonne comme suit : 60 % des dépenses des fêtes serviront seulement pour les cadeaux avec un budget moyen de 404 $ par ménage québécois, alors que les repas, l’alcool, etc. récoltent 40 % des dépenses, soit une moyenne de 269 $ par ménage.

Centres commerciaux, les certificats-cadeaux et le magasinage en ligne

Comme l’an dernier, le centre commercial demeure de loin l’endroit le plus fréquenté (53 %) pour effectuer les achats de Noël des Québécois. Le centre-ville (9 %) gagne de la fréquentation alors que les grandes surfaces (8 %) perdent quelques plumes. 26 % des répondants prévoient effectuer leurs achats un peu partout. «Le pourcentage des ventes de Noël varie selon le lieu des magasins, explique Blaise Renaud, directeur général de Groupe Renaud-Bray. Sur la Rive-Sud, on réalise 40% à 45% de notre chiffre d'affaires du temps des Fêtes en 60 jours. Alors qu'en région urbaine, on commence les achats de Noël en décembre. À Montréal, en octobre et novembre, le chiffre d'affaires est presque identique au reste de l'année.» Le magasinage pour les fêtes aux États-Unis (2 % des Québécois, 32 % des Canadiens) devrait un peu moins séduire les consommateurs notamment en raison de l’obligation de détenir un passeport pour traverser les douanes et l’arrivée au pays de chaînes américaines.

Les certificats-cadeaux ont toujours autant la cote, ils brilleront sous les sapins. 44 % des répondants ont indiqué vouloir offrir des certificats-cadeaux provenant de magasins de marchandises diverses (38 %) comme Sears, Wal-Mart, Zellers et Canadian Tire, de vêtements et accessoires de mode (22 %), et d’électronique (13 %). Bien qu’en augmentation, les achats de cadeaux par Internet (14 % en moyenne) demeurent marginaux chez les plus de 45 ans et les ménages à faibles revenus. Les sites Web les plus populaires sont Amazone (28 %) et eBay (25 %). Viennent ensuite Archambault (15 %), Future Shop (13 %) et Best Buy (10 %). Globalement, les Québécois devraient dépenser cette année 193 M$ en achats de certificats-cadeaux et 55 M$ sur Internet pour les fêtes.

Parmi les biens les plus convoités pour les fêtes, on trouve les jouets (51 %), les livres et les revues (46 %), les jeux éducatifs et de société (44 %), les vêtements et accessoires (42 %), les CD et DVD (40 %), l’argent/chèque (35 %) ainsi que des produits de beauté (33 %). Les circulaires sont le moyen le plus utilisé pour la planification des achats de Noël (49 % souvent, 24 % à l’occasion). Suivent les catalogues (21 % souvent, 25 % à l’occasion) et les sites Web (17 % souvent, 21 % à l’occasion). 70 % des internautes canadiens consultent l’Internet avant d’aller acheter en magasin.

«La situation économique positive de notre région, permettra de dépasser les 2 à 3 % d’augmentation des ventes, surtout si Dame nature est de la partie» de dire Guy Drouin, directeur général du Commissariat au commerce. Vous avez là tous les éléments pour vous mettre sous vos meilleurs atours. La majorité des consommateurs québécois ont bien l’intention d’acheter aux fêtes. Offrir des aubaines avant Noël pourrait même décider les plus récalcitrants. Restera à tomber les flocons de neige pour couvrir de blanc les rues et les décorations scintillantes.

JOYEUSES FÊTES, MEILLEURS VŒUX DE PROSPÉRITÉ ET DE SUCCÈS!

Pour plus d’informations, vous pouvez joindre le Commissariat au commerce au 819 472-6705, info@commerce-drummond.com ou www.commerce-drummond.com. Nous reviendrons avec de nouvelles chroniques dès janvier 2012.

Les sources

- « Les comportements d’achat des Québécois pour les fêtes » sondage téléphonique, novembre 2011 Groupe Altus, CQCD.

- http://argent.canoe.ca/lca/affaires/canada/archives/2011/11/20111109-172356.html

-http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2011/11/20111109-163823.html

-http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/commerce-de-detail/201111/18/01-4469423-noel-des-ventes-stables-pour-les-detaillants-quebecois.php

-http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/commerce-de-detail/201111/18/01-4469396-les-internautes-magasinent-en-ligne-mais-achetent-en-personne.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS25

Organisations: Groupe Altus, Conseil québécois, Groupe Renaud-Bray Wal-Mart Zellers Canadian Tire EBay Future Shop Best Buy

Lieux géographiques: Complexe Desjardins, Tristan, Montréal États-Unis

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires