La participation des femmes en hausse de 11 % par rapport à 2009

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La participation des femmes aux élections municipales de 2013 est en hausse de 11 % par rapport au scrutin de 2009. À quoi attribuer cette augmentation ?

Selon le Conseil du Statut de la Femme, qui en fait la remarque sur sa page Facebook, il est fort probable que les actions posées pour inciter les femmes à s’impliquer, notamment la campagne «Femmes d’influence Je me lance», qui a été produit par le Réseau des Tables régionales de groupe de femmes, aient permis cette hausse.

Pour l’ensemble des 184 municipalités de 5 000 habitants et plus, on compte 1 163 candidatures féminines, ce qui représente 28 % de l’ensemble des candidatures. Et saviez-vous que l'ONU fixe à 30 % le pourcentage minimal qu'un gouvernement doit atteindre pour refléter les préoccupations des femmes ?

Dans les faits, on dénombre 91 candidates à la mairie, comparativement à 75 en 2009, et 1 072 candidates à un poste de conseiller, par rapport à 865 en 2009.

Un autre organisme qui se félicite de ces statistiques à la hausse est le Groupe "Femmes, Politique et Démocratie", qui mise sur l'éducation populaire. Le Groupe vise justement à atteindre la parité entre les femmes et les hommes dans les instances démocratiques québécoises. Cet organisme tient régulièrement à travers le Québec des sessions intensives pour les femmes désireuses de s'engager dans les élections à tous les niveaux: fédéral, provincial, municipal et scolaire. Il faut toutefois en faire la demande.

Le Conseil du Statut de la Femme a rédigé un document de réflexion en 2012 sur les raisons qui expliqueraient la sous-représentation des femmes en politique municipal et on a relevé que la conciliation travail-famille ou même la conciliation travail-études, de même que le vieux mythe que "la politique c'est fait pour les hommes", en sont des explications.

Il semble que le fait d’être associée à une équipe ou à un parti politique aide les femmes. En effet, il y a un partage et un échange d’idées, de la publicité, un programme établi et des stratégies communes. L’expérience des autres peut être bénéfique à tous dans une campagne électorale.

Des pancartes faites à la main

Un candidat, qui se présente dans un district de Trois-Rivières, a eu l'idée de faire ses pancartes électorales à la main. Il y a mis du temps mais il a sauvé de l'argent.

Il s'appelle Oscar Felipe Agudelo Galeano, il est d'origine colombienne. Il dit avoir pris le temps de fabriquer ses 50 affiches et d'aller les installer, parce qu'il est manuel et préfère le travail artisanal.

Il est le 5e d'une famille de 10 enfants qui a quitté la Colombie il y a 11 ans, au milieu de la guerre contre les narcotrafiquants. Il a perdu un frère dans cette guerre. Ils ont tous trouvé refuge au Québec.

Il dit que la solidarité sociale et l'éducation primaire sont ses priorités. Il est bénévole au Diocèse de Trois-Rivières depuis son arrivée.

Il aura 21 ans le 3 novembre, jour des élections et espère avoir une double raison de fêter.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires