Rencontrer le maire sans rendez-vous !

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On l'a vu, les candidats à la mairie rivalisent d'originalité dans leurs engagements visant à se montrer plus transparents et plus accessibles face à leurs commettants.

Et là, à Gatineau, on parle de pouvoir rencontrer un maire sans rendez-vous. C'est du moins l'initiative qu'entend prendre Maxime Pedneaud-Jobin, qui promet en effet d’ouvrir la porte de son bureau chaque semaine pour les citoyens en quête de réponses à leurs questions. Sans même passer par le conseiller de son quartier. Une personne pourrait soumettre un problème ou une idée directement au maire.

Maxime Pedneaud-Jobin explique : «Les gens se présentent de 10h à 12h et le maire est là pour répondre à leurs questions. On parle des vrais enjeux et des problèmes qu’ont les citoyens, ce qu’on peut difficilement faire lorsqu’on les rencontre à l’extérieur. Je pense que cet accès complètement libre est intéressant. Des fois, les gens veulent juste nous dire ce qu’ils pensent. Mais souvent ils veulent qu’on parle d’un dossier.»

Toujours dans un souci de transparence, il va même jusqu'à proposer de permettre aux citoyens de soumettre eux-mêmes des résolutions aux différentes commissions municipales.

Mais, pour faire tout ça, le chef du Parti Action Gatineau devra déloger le maire sortant Marc Bureau le 3 novembre. Les résultats d'un sondage de Info07.com de TC Média nous en diront plus longs mercredi prochain.

Il veut reprendre du service après 40 ans d'absence

Âgé de 76 ans, l'ancien maire de Mont-Laurier Gaston Bourdon veut reprendre du service au conseil municipal et tente de ravir un siège de conseiller. La politique lui manque.

M. Bourdon a fait deux mandats comme maire de 1966 à 1974. "J'aime la politique. Je n'ai jamais cessé de suivre ça. Je pense que je peux apporter mon expérience et mes idées au conseil. Le centre-ville est mort, il faut faire quelque chose", dit-il.

Selon lui, les élus d'aujourd'hui ont tendance à dépenser l'argent avant de l'avoir, d'où des problèmes d'endettement.

Il se rappelle son époque de maire en racontant: "Dans mon temps, l'assistance aux assemblées du conseil municipal variait selon l'ordre du jour. Si une chicane entre un échevin et le maire était en vue, la salle était pleine. Mais lorsque venait le temps de discuter d'une dépense importante, y avait personne dans la salle".

La particularité à Mont-Laurier est que la ville n'est pas divisée en quartiers, ou districts. Donc l'électeur vote pour un maire et pour six conseillers. Autrement dit, il vote sept fois. En fait, la loi dit que les municipalités de plus de 20 000 habitants sont tenues d'être divisées en districts électoraux. Mont-Laurier compte environ 13 000 citoyens.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires