À Saint-Constant: une remise de taxe de 100 $ aux aînés propriétaires de maison

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un candidat à la mairie de St-Constant, Jean-Claude Boyer, s'engage à une remise de taxes de 100 $ aux propriétaires de 65 ans et plus.

Est-il en train d'acheter pour 100 $ le vote des aînés ?C'est sans doute ce que pourront répliquer certains de ses adversaires. Jean-Claude Boyer, chef du Parti du Vrai Changement, s'explique de la façon suivante:

"Nos aînés n’ont généralement pas de Fonds de retraite personnel ni de REER car possiblement inexistants dans leur temps. Très souvent, leur seul revenu, c’est la pension de vieillesse du fédéral qui n’augmente même pas selon le coût de la vie, d’où un appauvrissement de plus en plus grand. Cependant, ceux qui sont propriétaires doivent payer comme tout le monde leurs taxes municipales même s’ils utilisent peu ou moins les services facturés tels que l'aréna, la bibliothèque, l’eau, etc". 

Cette remise de taxes de 100 $ aux propriétaires de 65 ans et plus, il veut la financer volontairement par le gel des salaires des élus et par une réduction de 50% de leurs allocations de dépenses pour les 4 années du mandat. Il affirme que c'est "tout simplement un geste de solidarité à la condition financière parfois précaire de nos aînés que nous posons". 

Ali Dostie, journaliste à l'Hebdo Le Rousillon, m'a fait remarquer que le maire sortant, Gilles Pepin, a aussi fait une promesse semblable. C'est même dans son budget 2013. Il en avait fait une annonce le 19 décembre dernier.

Quant à la course à la mairie, elle se fait à cinq. On croit que les deux partis et les deux candidats indépendants pourraient diviser le vote, ce qui pourrait favoriser le maire sortant.

La conjointe du ministre Blanchet en élection

Le ministre de l'Environnement et ministre responsable de la Mauricie, Yves-François Blanchet, voit sa conjointe Nancy Déziel se présenter aux élections municipales à Shawinigan.

Elle devra prendre des précautions si elle est élue et c'est précisément ce que reconnaît Mme Déziel qui sollicite un mandat de conseillère dans le district de la Rivière, à Shawinigan. Surtout que Shawinigan a déposé sur la table du ministère de l’Environnement un projet de 80 millions $ pour rendre conforme son approvisionnement en eau potable. Nancy Déziel, qui a trois adversaires dans son district, a déjà mentionné que si elle était élue, elle ne participera pas aux discussions entourant ce projet. Pour éviter évidemment de se placer en position vulnérable.  Elle déclare qu'elle n'ira pas se mettre en situation "où je pourrais être en conflit d'intérêts. Personne n'a avantage à faire ça".

Ce qui rend l'affaire délicate, c'est le fait que Mme Déziel est active et fortement impliqué dans le domaine de l'environnement. Elle occupe depuis cinq ans le poste de directrice générale du Centre national en électrochimie et en technologies environnementales du Collège Shawinigan.  

De plus, elle siège à la table du Fonds de diversification économique Mauricie-Centre-du-Québec, qui possède une enveloppe de 200 millions $ du gouvernement du Québec pour stimuler l'économie de la région à la suite de l'annonce de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2. Un dossier suivi de près par le député de Johnson.

Mme Déziel est une femme engagée: de 2011 à 2013, son passage à la présidence de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan a été particulièrement remarqué.

Au cours des derniers mois, plusieurs rumeurs l'envoyaient chez les libéraux provinciaux ou fédéraux. Ça, ce serait maintenant étonnant… avec un conjoint ministre du gouvernement Marois.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires