Une vidéo amusante qui fait réfléchir

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ça commence bien - Équipe Boisvert 7 oct 2013.mov

Il y a toutes sortes de façons pour inciter les gens à aller voter et le site web d’Élection Montréal a choisi de lancer une vidéo qui invite à réfléchir sur l’importance d’exercer son droit de vote. Et cela se présente avec un brin d'humour…

Ça s'intitule «Doit-on se contenter de 39 %?», parce que ça fait référence au taux de participation obtenu lors de l’élection municipale de 2009. À un mois des élections du 3 novembre, on vise évidemment à dépasser ce taux de 39% et la vidéo circulera sur le web et dans les médias sociaux jusqu’à l’élection.

Par ailleurs, c'était vendredi la dernière journée pour déposer ou retirer sa candidature. D'abord, les statistiques officielles concernant les maires élus sans opposition seront compilées au cours des prochains jours, m'a-t-on dit au Ministère des Affaires municipales. Ce qu'on peut dire c'est qu'au Québec, environ la moitié des élus obtiennent généralement leur poste sans scrutin. En 2009, 50 % des maires ont été élus sans opposition et 55 %, en 2005.

Quelques constatations: sur l'île de Montréal, à Westmount, Peter Trent a été élu sans opposition, de même que Edward Janiszewski, à Dollard-des-Ormeaux.

On note que 12 candidats ont les yeux sur l'hôtel de ville de Montréal, dont sept indépendants. 12 candidats, ça égale le record établit en 2001 à la mairie de Montréal. Le parti Projet Montréal de Richard Bergeron est le seul parti à présenter des candidats aux 103 postes disponibles. L'équipe de Denis Coderre en présente 101 et l'équipe de Marcel Côté 97.

Fait particulier: à Saint-Jean-sur-Richelieu, pas moins de neuf candidats briguent la mairie pour remplacer le maire Gilles Dolbec qui ne se représente pas. On retrouve 6 partis politiques. En tout, 81 personnes ont posé leur candidature. Il y a 12 postes de conseillers en jeu.

À Rimouski, la réélection d'Éric Forest, sans contestation électorale, pour un troisième mandat, constitue une première en 50 ans. M. Forest est président de l'Union des municipalités du Québec.

Signalons aussi que Alain Rayes, à Victoriaville, et Yves Tousignant, à St-Pierre-les-Becquets, dont on a parlé vendredi, ont été élus par acclamation. Tousignant est de retour comme maire après 30 ans.

À Bromont, Pauline Quinlan est reportée à la mairie pour une 5e fois. On sait que Bromont célèbrera son 50e anniversaire de fondation. La petite municipalité de Lac-Delage, près de Québec, a une nouvelle mairesse : Dominique Payette, professeure de communications à l'Université Laval et fille de Lise Payette.

Vous vous rappelez l'affaire des petits fruits à Sainte-Séraphine, eh bien Monique Paquin, la mairesse sortante, a retiré sa candidature. C'est elle qui voulait interdire la production des canneberges sur une grande partie du territoire de sa municipalité, et ce, même si les terrains en question étaient zonés agricoles. Ce règlement avait été désapprouvé par la MRC d'Arthabaska et plus tard rejeté par la Commission municipale du Québec. André Moreau, conseiller et derrière le mouvement contre les cannebergières, sera candidat à sa place. David Vincent sera l'adversaire d'André Moreau. La culture des petits fruits demeure l'enjeu.

À Saint-Césaire, tout le conseil municipal est entièrement élu sans opposition, tout comme à Coaticook. Il n'y aura donc pas d'élection le 3 novembre dans ces deux municipalités. Ils pourront sauver de l'argent et commencer leur travail dès qu'ils seront assermentés, soit la semaine prochaine.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires