«Il faut respirer la confiance et la compétence»

Cynthia
Cynthia Giguere-Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

-Thomas Mulcair, chef du NPD

Le chef du Nouveau parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, s’est adressé dimanche, au Best Western Hôtel Universel de Drummondville, aux membres de l’aile québécoise de cette formation politique. Celui-ci a la ferme intention de continuer sur sa lancée et de recueillir plus d’appuis, notamment des jeunes, pour faire face à Stephen Harper et ainsi, former le prochain gouvernement.

«2/3 des 18-25 ans sont découragés et n’ont pas été votés aux dernières élections. Notre priorité est de mettre un frein au cynisme et d’aller chercher ces jeunes. Je peux vous garantir que dès cet automne, nous ferons la tournée des cégeps, des universités et des écoles secondaires, car ceux qui ont 15 ans aujourd’hui vont voter aux prochaines élections», a-t-il précisé.

Selon ses dires, un beau lien est en train de se créer avec les Québécois.

«Je reçois souvent des encouragements de gens disant qu’ils aiment bien ce que nous faisons et de continuer», a-t-il affirmé.

Le travail consiste donc à mettre en confiance la population sur la capacité du parti de gouverner le pays.

«Il faut respirer la confiance et la compétence. Les gens à travers le Canada ne jetteront pas au NPD les clés du gouvernement s’ils ne sont pas rassurés sur notre capacité de gouverner un pays aussi complexe et diversifié qu’est le Canada», a-t-il soutenu, indiquant que le NPD compte 15 000 membres au Québec.

M. Mulcair estime qu’il peut compter sur une formidable équipe qui n’a pas fini de s’agrandir.

«Le travail de recrutement est devenu plus facile. Au cours des dernières semaines, plusieurs personnes sont venues vers moi pour manifester leur intérêt pour devenir candidats aux prochaines élections. Nous serons donc en mesure de compléter notre caucus», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le chef de l’opposition officielle n’a pas hésité à lancer des flèches à Stephen Harper, lequel est le pire premier ministre de tous les temps à son avis.

«Stephen Harper a poussé trop loin : il est en train de rompre la confiance des Canadiens dans nos institutions. Il est en train de briser quelque chose de fondamental et c’est au NPD en tant qu’opposition officielle de mettre en place des stratégies nécessaires pour faire réfléchir le premier ministre dans sa volonté de briser le parlement. Il veut régner comme s’il était le président du Canada. Pour la première fois, on a un premier ministre qui croit être le maître du parlement et non son serviteur et ça, ça va changer!», a-t-il martelé.

«On arrive avec M. Harper à un point de rupture avec son non-respect habituel et constant des institutions parlementaires. Notre devoir est donc d’envoyer un message clair disant que c’est la fin de la récréation», a-t-il ajouté.

M. Mulcair a terminé son allocution en y allant de cette déclaration qui a recueilli des applaudissements nourris des quelques centaines de militants.

«En 2015, pour la première fois de notre histoire, nous allons former un gouvernement social-démocrate pour représenter l’ensemble des Canadiens», a-t-il conclu.

Résolutions

Les délégués des 75 circonscriptions du Québec se sont réunis samedi pour discuter et débattre des résolutions proposées. Au total, 29 ont été adoptées, dont une sur l’accessibilité à une éducation supérieure.

«La Section Québec a réaffirmé son engagement envers l’accessibilité à une éducation supérieure de qualité. Il était important que le gouvernement fédéral fasse sa part en finançant d’une manière adéquate ce secteur. Il faut préciser que cette résolution a été adoptée en respectant les compétences provinciales», a expliqué le député néo-démocrate de Drummond, François Choquette.

Soulignons qu’une énorme délégation d’étudiants était présente au congrès.

Lieux géographiques: Canada, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Dimitrios Raptis
    09 mai 2012 - 19:54

    Le banquier qui a gagné 12 millions en 2011, pourrait se serrer la ceinture un peu plus que l'étudiant qui, s'il trouve une job, gagne le salaire minimum, au lieu d'étudier. Qui va le proposer? Il serait intéressant si le NPD s'inspirait du programme des Socialistes en France ou du 99%, ou s'il demandait aux étudiants québécois. Avec sa discretion pour ne pas vexer M. Charest, ou les banquiers et les manipulateurs boursiers, bien entendu.