Les délais empêchant la réalisation du centre de foires sont de nature politique

Gérard
Gérard Martin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C'est que ce réaffirme le député Yves-François Blanchet

Réagissant aux commentaires de la mairesse de Drummondville et présidente de la Société de développement économique de Drummond (SDED), Francine Ruest Jutras, quant aux délais dans l’obtention des confirmations écrites de la part du gouvernement du Québec pour la réalisation du centre de foires, le député de Drummond à l’Assemblée nationale, Yves-François Blanchet, a vite fait de partager le même agacement, tout en y allant d'un engagement.

Le député Blanchet dit prendre l'engagement que le centre de foires de Drummondville se réalisera rapidement une fois le gouvernement du Parti québécois rendu au pouvoir.(Photo d'archives : Ghyslain Bergeron)

«L’impatience de Mme Ruest Jutras est tout à fait normale. Le dossier qui devait être administratif plutôt que politique, le premier dossier déposé au Québec dans ce programme, sans aucun doute un des plus complets, et de plus un dossier que les représentants du fédéral et de Québec sont venus annoncer plusieurs fois, et bien ce dossier, il traîne encore!», dénonce-t-il dans un communiqué de presse.

À cet égard, Yves-François Blanchet n'a d'autres choix de croire que les délais sont de nature politique.

«Je ne sais pas si c’est de la négligence politique parce que le gouvernement ne mise pas sur la région pour les prochaines élections, ou si c’est de la mauvaise foi politique parce que le Centre de foires de Sherbrooke et la ministre Gagnon-Tremblay font des pressions pour retarder le nôtre parce que le leur ne va pas si bien, mais je sais que ça a assez duré», affirme-t-il sans retenue aucune.

Engagement

Face à tout cela, le député de Drummond dit s’engager quant à lui à ce que le Centre de foires se réalise rapidement, avec ou sans les libéraux.

«Ce n’est pas une bien grosse promesse électorale que je vous fais là. Normalement, les sommes requises sont déjà aux budgets des deux paliers de gouvernement. On ne veut juste pas que ce soit détourné vers les projets d’amis du gouvernement. Je m’engage donc à ce qu’un gouvernement du Parti québécois donne suite, complète et réalise ce dossier. Si nous sommes portés au pouvoir, le Parlement n’aura pas encore commencé à siéger que les titulaires du développement économique et des affaires municipales vont être sensibilisés au dossier», promet Yves-François Blanchet.

Ce dernier se montre très clair en affirmant que si le gouvernement actuel du Parti libéral ne fait pas le centre de foires de Drummondville, un gouvernement du Parti québécois le fera.

«Il y aura un centre de foires à Drummondville au profit de toute la grande région. Et pas question qu’ils viennent encore parader à Drummondville. Ils se sont déjà assez roulés dans la même annonce», clame le député péquiste de Drummond en martelant le gouvernement de Jean Charest.

Organisations: Parti québécois, Centre de foires de Sherbrooke, Parti libéral

Lieux géographiques: Québec, Drummond, Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Politique ou Impact
    08 mai 2012 - 08:09

    Négligence politique ou… Impact et risque de contamination de la nappe phréatique?...... Le côté sombre de l’histoire est le domaine de la construction, pas tous, seulement un petit nombre, combien important pour… le béton, la brique, le remblaiement, etc. Où croyez-vous que la matière première est extraite? Dans la cave du marché du coin! Aux abords du boulevard Saint-Joseph! Dans le parc industriel?....... Qui croyez-vous qui subit le risque de contamination de l’eau potable? La population habitant la ville! ………Dans les faits, c’est le milieu rural qui paie pour à cause du transport (CO2, GES, hydrocarbure, le bruit, etc.), l’extraction des matières premières (sable, gravier), le bruit, etc. à des profondeurs atteignant la nappe phréatique. Avec la bénédiction des organismes publics, en plus. Les redevances, vous en avez entendu parler?.... Et, on nous répond allégrement : Bien voyons, c’s’peut pas à la campagne! Il y a de l’espace, de l’air…… Il est plus facile de faire porter le chapeau du risque de contamination de l’eau potable et des cours d’eau aux agriculteurs consciencieux et aux propriétaires ruraux mieux informés ayant un assainissement non collectif. Et on veut nous faire croire qu’ils veulent notre bien! Quel bien au juste? ... Et, la sécurité, la protection et le développement durable pour qui exactement!? ... Bonne réflexion!