Les changements climatiques et les dommages par l'eau

Lise
Lise Tremblay
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le nouvel enjeu des assureurs et les assurés

Il est maintenant évident que l’accroissement des changements climatiques a une incidence marquée sur la quantité et la sévérité des sinistres enregistrés un peu partout sur la planète.

Guylaine Romanesky, directrice générale de Promutuel Drummond, invite les assurés à penser prévention. (Photo : Ghyslain Bergeron)

Plus particulièrement au Québec, le nombre d’inondations, de tempêtes de grêle et de vent est monté en flèche. Depuis 2002, les réclamations causées par l’eau ont doublé et elles représentent, depuis quelques années, la principale cause des sinistres.

Et, comme l'indique Guylaine Romanesky, directrice générale de

Promutuel Drummond, Drummondville n'est pas exclue de cette réalité. Le 28 août dernier, on se rappellera que la tempête tropicale Irène a laissé derrière elle 101 millimètres d'eau sur le territoire. «Nous avons traité de nombreuses réclamations à la suite de cet événement. Définitivement, il s'agissait de la plus grosse catastrophe naturelle depuis 10 ans chez nous», précise-t-elle.

Définitivement, ces désastres naturels coûtent cher aux compagnies d’assurance. Pour demeurer rentables et pour continuer d’offrir des protections d’assurance habitation au meilleur coût possible, les assureurs ont dû réagir en modifiant leurs protections, notamment en ce qui concerne les refoulements d’égouts et les infiltrations par l’eau.

«Peu de gens savent qu'après deux réclamations en lien avec le dommage par l'eau, l'assureur se retire du dossier. De là l'importance de penser prévention», insiste Mme Romanesky.

Ce qu’il faut savoir pour éviter les mauvaises surprises :

-Est-ce que votre propriété est située dans une zone inondable? Si oui, sachez que les dommages causés par les inondations ne sont couverts par aucun assureur. Dans ces cas précis, et en fonction de la sévérité de la catastrophe, les différents paliers gouvernementaux peuvent mettre en place des programmes d’aide aux sinistrés.

-Les refoulements d’égouts et les infiltrations d’eau provenant de l’extérieur ne sont généralement pas couverts par les polices de base. Pour vous en prémunir, il faudra ajouter des avenants à votre contrat, moyennant des coûts supplémentaires.

Les dommages causés par l’eau sont nombreux et variés. Dans certains cas, ils sont couverts; dans d’autres cas, pas du tout. Comme il importe de bien comprendre les protections incluses à votre police, votre agent en assurance de dommages se révèle la personne la plus habilitée pour vous renseigner sur les meilleures façons de protéger vos biens dans différentes situations où l’eau est en cause. De plus, comme la meilleure police d’assurance demeure la prévention, votre agent pourra vous renseigner sur les différentes façons d’éviter des dégâts d’eau.

Ce qu’il faut savoir pour prévenir

-Pour les drains de fondation ayant une durée de vie d’au moins 30 ans, vérifiez annuellement leur bon fonctionnement et procédez aux réparations rapidement, s’il y a lieu.

-Faites poser un clapet sur le tuyau d’écoulement des eaux usées pour éviter les refoulements d’égouts.

-La pente de votre terrain doit être dans la direction opposée à votre propriété.

-Si votre propriété est située dans une zone où l’eau tend à s’accumuler, faites installer une pompe de puisard au sous-sol et vérifiez régulièrement son bon fonctionnement.

-L’eau s’infiltre par le béton? Faites rapidement colmater toutes les fissures.

Lieux géographiques: Québec, Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • nicole ouimette
    02 mars 2012 - 18:00

    info sur l,eau est til buvable il est le jour du2 mars reponsevp me feras pleasirs merci