Le Réseau d'accès médical Drummond disparaîtra

Jean-Pierre
Jean-Pierre Boisvert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

SOINS. Le Réseau d'accès médical Drummond (RAMD), qui traite 23 000 patients drummondvillois par année, au lieu de les faire attendre à l'urgence, sera aboli le premier avril.

Le docteur Gilles Viens.

Les médecins dénoncent cette coupe qui découle de la réforme du ministre Gaétan Barrette (Loi 20), touchant la réorganisation de première ligne, et le docteur Gilles Viens se fait leur porte-parole pour clamer qu'il faut absolument faire pression sur le ministère afin que cette fermeture soit évitée.

«Nous avons réussi à créer ce RAMD, qui est un projet pilote unique au Québec, lequel a atteint ses objectifs depuis six ans. Notre façon de faire était que deux sites (un des 5 GMF de la région ainsi que la Clinique des urgentologues) étaient ouverts à tous les jours pour recevoir des patients. Au total, ce sont 23 000 personnes par année qui passaient par la RAMD. Dorénavant, ces patients iront attendre à l'urgence, pas tous, car les médecins vont soigner leur clientèle. Le RAMD a fait en sorte qu'il y a eu une baisse de 12 % de l'achalandage à l'urgence, c'est énorme. S'il ferme, ce sera un recul incroyable et des attentes épouvantables à l'urgence. Il faut savoir que les patients orphelins (ceux qui n'ont pas de médecins) sont de plus en plus nombreux et que plusieurs médecins ont pris leur retraite ces dernières années», a soutenu le Dr. Viens dans un entretien avec L'Express ce matin dans son bureau du boulevard Lemire.

Selon le nouveau modèle, les heures de service dans les cinq GMF seront diminuées de huit heures par semaine, passant de 76 à 68 heures, et la Clinique des urgentologues disparaîtra.

D'après le Dr. Viens, c'est le ministère qui ne veut pas reconnaître le succès qu'a obtenu sur le terrain le RAMD à Drummondville. «Le CIUSSS (Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux) nous appuie, mais il y a un dialogue de sourds avec les hauts fonctionnaires. Moi ça fait deux mois que je tente de faire pression pour les convaincre. Ils jugent que la réforme est utile et nécessaire, en nous considérant comme un dommage collatéral. Je ne dis pas que toutes les règles sont insensées dans la réforme, mais j'implore le ministre Barrette de faire preuve de souplesse dans certaines règles pour ne pas détruire ce que nous avons fait de bon ici. Sinon, ce sera dur à ramer après».

Le Dr Viens est d'avis que, si la population fait pression sur le ministre Barrette, la fermeture du RAMD pourrait peut-être être évitée, mais il n'en est pas certain. «J'ignore si le ministère acceptera de faire une exception à leur manie de vouloir tout uniformiser. Mais je veux que le ministère et le ministre sachent que ce sera pour nous, à Drummondville, un recul de sept ans. Le ministre Barrette se targue souvent de dire que ses règles ont pour effet d'augmenter les services. Mais, dans le cas de l'abolition du RAMD, pour la première fois, ses règles vont diminuer les services. Immédiatement», a-t-il souligné.

Organisations: Réseau d'accessibilité médical de Drummond

Lieux géographiques: Québec, Drummondville, Boulevard Lemire

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • LDugas
    07 mars 2016 - 20:18

    Il faut envoyer un message directement au ministre Barrette si on veut avoir une chance de conserver le Réseau. Écrivez un message de protestation, même court. Ça vaut la peine d'essayer! ministre@msss.gouv.qc.ca

  • Nathalie Paul
    18 février 2016 - 21:40

    C'est abérant de se faire dire quoi faire et de se faire imposer des décisions déjà décider et ds ce cas ci ca va nuire aux drummondvillois c'est assuré.Voir si on arrete des solutions qui fonctionne à merveille si...... est ce que notre ministre réfléchi aux conséquences de SES IMPOSITIONS `à nous contribuables qui lui payont son salaire

  • Monique Lamarche
    18 février 2016 - 19:29

    Il ne faut pas nous enlever nos acquis! on a déja un delai de plus de 6 mois pour rencontrer notre medecin de famille, quand on a la chance d'en avoir un. M. Barrette trouvé une solution pour permettre a nos medecins de bien deservir leurs patients. Vous ne regler pas le probleme en enlevant ces services! svp pensez au Quebecois qui attendent des heures a l'urgence, plutot que d'aller en clinique ou au CLSC. appuyez nos professionnels de la santé!

  • Louise Faucher Lacourse
    18 février 2016 - 13:11

    J'ai justement un rendez-vous à 14h00 avec les urgentologues. Qu'aurais-je fait sans cela? Urgence ou j'empire mon état en y allant pas? je suis bien consciente que cela n'a pas d'allure de fermer.

  • Amélie
    17 février 2016 - 17:24

    Le message est assez clair, y faut encore payer pour aller au privé pour soigner les petit bobo. Résultat, un autre 1000$ de plus par année par individu pour avoir accès à un médecin 3 fois par année...Il n'y existe donc pas de morale ou d'éthique chez les libéraux. Des milliers de contribuables encore brimé dans leurs droits. Nommé moi un programme social au Québec qui fonctionne. J'ai 30 ans et pardonnez mon français populaire, mais je décris*** d'icitt aussitôt que je peux, tabar*** que sa m'enrage!

  • Johanne Ménard
    17 février 2016 - 16:43

    Pourquoi faut-il toujours suivre les mêmes règles...La clinique d'urgentologue est vraiment importante,ainsi que la ramd .le ministre veut que ce soit comme lui le désire.Il faut supporter nos médecins et continuer votre bon travail M. Viens .

  • Josée cheeney
    17 février 2016 - 15:21

    Complètement ridicule , déjà qu'a l'urgence de Drummondville on attend de longue longue heure en enlevant l'urgentologie wow maintenant se sera plus de longue heure d'attente mais bien une journée d'attente . Et en plus c'est déjà difficile d'avoir un rendez-vous avec mon medecin s'il faut enlever les mini urgence wow en a le temps d'être sur le cul et même a moitié mort avant de voir un medecin . Vive le système de santé a Drummondville

    • Josée
      17 février 2016 - 17:01

      Encore des décédés qui vont être retrouvés assis en attente dans l'urgence de Drummond... vérifiez... cela est déjà arrivé...

  • Véronique
    17 février 2016 - 15:03

    La clinique des Urgentologues est exceptionnelle. Même avec un médecin de famille, il est souvent impossible de le voir dans la semaine. Quand on a des enfants avec une grippe qui dégénère, l'urgence, non merci. À 2 ans, attendre 8 heures, c'est impossible.

  • paul
    17 février 2016 - 14:24

    a quand va t'on ce reveillé de ce cauchemar liberal j'en reviens pas ont coupe dans des service qui fonctionne mais ont donne de généreuse ristourne au pharmacien jamais le quebec aurra été aussi mal servie par l'état je suis plutot a droite mais quand je voie ca je me demande si ont devrais pas boudé les parti présentant des médecins comme candidat, un médecins a la tete du reseau de la santé=catastrophe a tout coup ,les médecins dans les hopitaux et les gestionnaires a la place il pourrais pas faire pire vraiment decu pour Le Réseau d'accès médical Drummond qui nous a bien servi cest vraiment désolant