Les organismes communautaires seront tenaces

Cynthia
Cynthia Giguere-Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une augmentation du financement à la mission est exigée

DRUMMONDVILLE. La Table régionale des organismes communautaires Centre-du-Québec / Mauricie (TROC-CQM) entame sa plus importante campagne de mobilisation et de moyens de pression exigeant du gouvernement libéral l'augmentation du financement à la mission.

La TROC-CQM entame sa plus importante campagne de mobilisation et de moyens de pression.

En décembre dernier, la TROC avait soumis un plan de mobilisation pour le rehaussement du financement à la mission. C'est près de 1200 membres de conseil d'administration d'organismes communautaires qui ont alors été consultés. Aujourd'hui, 70 % de ces conseils d'administration ont adhéré à ce plan.

Ainsi, dès ce printemps, et pour les prochains mois, diverses actions seront entreprises, dont 13 manifestations, la première étant le 13 mai à Trois-Rivières, une campagne publicitaire ainsi qu'un important mouvement de grève.

«Nous serons tenaces par le grand nombre d'actions et leur durée», laisse entendre Sylvain St-Onge, coprésident de la TROC.

Prêts à trouver un terrain d'entente

Voyant chaque année leur budget réduire considérablement, les employés des 184 organisations membres de la TROC CQM sont essoufflés.

«Si le gouvernement comprend l'urgence d'accroître le financement à la mission, la TROC-CQM sera prête à travailler sur une entente de financement avec le gouvernement. Nous voulons une entente provinciale entre nos représentants du mouvement communautaire et les ministres de la Santé et des Services sociaux. Une entente sur le travail des organismes à répondre aux besoins, une entente dans laquelle le gouvernement investit pour consolider les équipes de travail, supporter nos efforts pour mobiliser les communautés, le bénévolat, la militance. Enfin, une entente gagnant-gagnant pour les personnes vulnérables et pour un gouvernement responsable», fait-il savoir.

Le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard fera l’objet de l'intérêt constant de la TROC parce que ce dernier siège au conseil des ministres en compagnie de Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, et de Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux.

«Nous attendons du ministre responsable de la Mauricie son écoute et son aide directe pour plaider notre cause et pour nous obtenir une rencontre que nous demandons officiellement aujourd’hui», lance-t-il.

L'autre système de santé et de services sociaux

Pour mieux comprendre l’urgence et la nécessité de cette demande, M. St-Onge a mis en contexte la situation.

Le 30 octobre 2013, le gouvernement du Québec, alors dirigé par Pauline Marois, annonçait un investissement de 120 millions $ sur trois ans pour les 3000 organismes communautaires en santé et services sociaux du Québec. La portion de la région Mauricie-Centre-du-Québec s’élevait à 9 millions $.

Le 5 juin 2014, le gouvernement libéral de Philippe Couillard annulait cet engagement. Puis, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, a pris la décision de geler pour trois ans (2014-2017) le Programme de soutien aux organismes communautaires, programme servant de financement de base pour les organismes.

«C’est inacceptable, dénonce-t-il. Les organismes communautaires subiront les contrecoups des politiques budgétaires du gouvernement. L’action des organismes communautaires répond à des besoins urgents d’une population vulnérable, consolide le tissu social québécois et aide grandement le système public de santé. Le communautaire, c’est l’autre système de santé et services sociaux.»

Organisations: Services sociaux, Conseil des ministres

Lieux géographiques: Trois-Rivières, Mauricie, Québec Région Mauricie-Centre-du-Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Marcel Fafouin
    10 avril 2015 - 15:05

    «Le communautaire, c’est l’autre système de santé et services sociaux.» (Sylvain St-Onge, co-président, TROC-CQM) Oui et non ! Bien que ce genre d’argumentaire se retrouvait lors de la création des CLSCs, il est comme étonnant qu’il refasse surface, notamment pendant de multiples réformes actuellement en cours. Si tel est ce constat, que fait-on des organismes communautaires qui, se spécialisant ailleurs qu’en santé et services sociaux (justice, loisirs, culturel, éducation, jeunes, femmes, emploi et solidarité sociale, logement, promotion et défense des droits … .), seraient membres de la TROC-CQM ? Si tel est, toujours, ce constat, qu’adviendra-t-il de « l’esprit du Communautaire autonome» militant et innovateur si, des services accessibles, leur actualisation ressemblerait à celle du secteur public, associée ou pas avec ou sans le développement de compétences et rendements similaires ? Si tel est ce constat souhaité, vers l’assimilation du « Communautaire » au Système ? … ??? … - 10 avril 2015 -

  • Mario G. Bergeron
    09 avril 2015 - 17:14

    Ce n'est plus la façon d'agir contre les élues quelque soit le parti en place. D'abord les 6 66? OSBL du Québec devez vous ressaisir et enfin jouer le vrai rôle du Communautarisme Organisation des Pauvres Stigmatisés(es) Québécois, Vous êtes dépassés, désuèts avec vos débonnaires dénonciations presque syndicales, plus d'ordre Sectaire Obstructeur de Solidarité.

    • steve janelle
      13 avril 2015 - 08:26

      bonjour, avez vous déjà travaillé dans le milieu communautaire? si oui, vous devriez savoir que nous travaillons bien souvent avec les moyens du bord. je comprends ces gens de demander un peu plus de financement. ces organismes sont nés d'un besoin de la communauté donc ils vont rester tant et aussi longtemps que la communauté en aura de besoin. en passant, moi aussi je travaille dans le milieu communautaire et c'est pas toujours facile.