À la mémoire des petits anges partis trop tôt

Cynthia
Cynthia Giguere-Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Fausse couche, mort néonatale, mort subite du nourrisson… Trop nombreux sont les parents qui doivent dire adieu à leur bébé. Les ressources presque inexistantes rendent cette épreuve encore plus pénible à surmonter. Afin de mettre un baume sur le cœur des papas et mamans et de célébrer la mémoire de ces petits êtres, trois femmes ont décidé d'organiser, pour une troisième année consécutive, la Fête des anges, qui s'est déroulée en toute simplicité samedi avant-midi à l'église Saint-Frédéric.

Pour Nathalie Niquette, Audrey Bourgeois et Patsy Munger, les instigatrices de cet événement à Drummondville, la Fête des anges est l'occasion de rendre hommage aux enfants partis trop top, mais elle est également un moment d'échanges et de réconfort pour toutes les personnes ayant vécu un deuil périnatal.

«C'est une façon de verbaliser avec des personnes dans la même situation que nous ce qu'on a vécu et la douleur et les émotions que nous avons ressenties. Nous avons beau avoir notre famille près de nous et des amis qui nous écoutent, mais parfois, nous avons l'impression qu'ils ne peuvent pas toujours nous comprendre», expose Audrey Bourgeois.

«Pour ma part, j'ai besoin de me remémorer le peu de souvenirs que j'ai de ma fille et de la garder dans mon cœur même si le temps passe. La Fête des anges me permet ça en plus de briser l'isolement et faire le point. Il ne faut pas que tous ces enfants tombent dans l'oubli», exprime Nathalie Niquette.

Le prêtre Luc Lafond a su magnifiquement présider cette cérémonie par ses paroles et son approche.

«C'est la plus grande des souffrances qui puisse exister, mais nous savons bien que la vie continue. […] C'est l'espérance qui vous a permis de traverser cette marre d'épreuves, mais qui en même temps vous a amenés à faire de petits pas», a-t-il souligné.

La trentaine de personnes présentes ont été invitées à allumer un lampion en mémoire d'un petit ange.

«Ce geste vous ramène à ce souvenir d'avoir porté votre enfant et de l'avoir attendu. Votre petit ange est la lumière dans votre cœur», a communiqué le prêtre tout juste avant un moment de silence.

Peu de temps après, Mme Bourgeois a tenu à livrer un vibrant témoignage.

«Il y a un peu plus de quatre ans, je vivais le plus merveilleux des moments avec une jeune fille qui se donnait un plaisir fou à faire bouger mon ventre. Puis, un matin, et je vous épargne les détails qui nous ont menés là, cette petite fille a vu le jour, prématurément, beaucoup trop tôt selon les médecins […]», témoigne-t-elle d'emblée.

«Notre combattante a pigé les mauvaises cartes de vie et un soir, où tout a basculé et plus rien n'allait, nous avons pris la meilleure des pires décisions de notre vie en la laissant partir, ce qu'elle fit lentement, doucement, sereinement… Elle nous quitta un mercredi soir, soit 17 jours après sa naissance, un 1er juillet. Cette petite, elle s'appelle Emma, et c'est ce soir-là qu'elle est officiellement devenue un ange, une étoile», poursuit-elle, la voix remplie d'émotions.

La cérémonie s'est couronnée par une envolée de ballons.

Notons que le 15 octobre, on y célèbre chaque année la Journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal.

Organisations: Fête

Lieux géographiques: Drummondville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Isabelle Fleurent
    07 octobre 2013 - 07:46

    ça sert a koii sa sert a rendre Hommage a nos petit ange d'amour et la douleur immence qu'on peut vivre et non y a pas pire que nous kes de pus pire dans la vie que perdre Un enfant ,,rien a mon avis ... tu accouche de facon natuet ou par cesarienne en sachant que ton bb pleura pass ou vivra passs alors heinn y a pire de nouss non non ..et meme apres 1ans ..on souffre encore ...on guérit jamais de ça.. on aprend a vivre avec .. moi ca fait 7ans en en souffre encore bcpp alors chacun vit son deuil a sa façon mais de la a dire qui a pire que nouss ...

  • Chantal Ricard
    06 octobre 2013 - 22:37

    Madame Boisvert Perdre un enfant c'est perdre une grosse partie de soi même, de sa propre vie il faut du temps pour réapprendre a vivre sans ces petits anges,chaque jours,chaque minute,chaque seconde ne se passe sans qu'il yais quelque chose qui nous relis a notre petit ange et il ya la douleur aussi avez vous pensez combien ces personne peuvent avoir de la douleur ,je ne crois pas il faut beaucoup de temps pour survivre a cette atroce douleur on apprend a vivre avec madame et on n'oublie jamais donc avant de dire de tel chose penser a la douleur en suplus que vous infliger aux personne en disant de tels choses

  • Chantal
    06 octobre 2013 - 19:04

    Monsieur Sirois. Le deuil est une étrange bête que chacun apprivoise à sa manière. Si, pour vous, fermer la porte est le meilleur moyen soit. Mais ayez le respect de laisser les autres le vivre à leur manière. Chaque année, partout dans le monde les êtres humains se rassemblent à la mémoire des disparus (Vétérans, soldats, victime d'une maladie, victime d'une tragédie,...) Pourquoi pas un rassemblement pour les familles touchées par le deuil périnatal.

    • julie
      07 octobre 2013 - 10:04

      bien dit chantal ! mais quel pensée d'arrièré que c'est ca O_o pour moi ces gens qui critique cet evenement ont aucun coeur !

  • Chantal
    06 octobre 2013 - 18:59

    Quel bel article, quel bel événement. Je n'ai pu être présente cette année mais je serai là à la célébration de Victoriaville dans 2 semaines. Audrey, j'aurais beaucoup aimé entendre ton témoignage. Emma. Jolie Emma.

  • Nicole Boisvert
    06 octobre 2013 - 17:50

    C,est complètement inutile de faire sa, sa va apporter quoi ? pas les enfants perdus certainement pas , Se n,est pas réfléchi d'aller faire une cérémonie , oui les mères on en perds des enfants mais au lieu de se plaindre pourquoi se dire il y a pire que nous dans la vie , allé vous faire dans 40 ans aussi , voyon donc, c,est juste vouloir se faire connaître pour dire que vous avez parti une autre intention inutile.

    • Chantal Ricard
      06 octobre 2013 - 22:35

      Madame Boisvert Perdre un enfant c'est perdre une grosse partie de soi même, de sa propre vie il faut du temps pour réapprendre a vivre sans ces petits anges,chaque jours,chaque minute,chaque seconde ne se passe sans qu'il yais quelque chose qui nous relis a notre petit ange et il ya la douleur aussi avez vous pensez combien ces personne peuvent avoir de la douleur ,je ne crois pas il faut beaucoup de temps pour survivre a cette atroce douleur on apprend a vivre avec madame et on n'oublie jamais donc avant de dire de tel chose penser a la douleur en suplus que vous infliger aux personne en disant de tels choses

    • Chantal Ricard
      07 octobre 2013 - 01:44

      Madame Boisvert Perdre un enfant c'est perdre une grosse partie de soi même, de sa propre vie il faut du temps pour réapprendre a vivre sans ces petits anges,chaque jours,chaque minute,chaque seconde ne se passe sans qu'il yais quelque chose qui nous relis a notre petit ange et il ya la douleur aussi avez vous pensez combien ces personne peuvent avoir de la douleur ,je ne crois pas il faut beaucoup de temps pour survivre a cette atroce douleur on apprend a vivre avec madame et on n'oublie jamais donc avant de dire de tel chose penser a la douleur en suplus que vous infliger aux personne en disant de tels choses

  • André Sirois
    06 octobre 2013 - 12:47

    Vous cherchez quoi à prouver, nos épouses ont perdus des enfants hors nés, nés et on doit continué à vivre , bien sur la première année est pas façile mais par après il faut se prendre en main et il faut se dire que sa le remplacera pas ,mais on peut en avoir d'autres enfants dans un futur , arrêtter de brailler et aller hop on continue la vie est pas terminer pour vous.

    • manon
      06 octobre 2013 - 19:29

      sur certain points vous avez raison mais ses personnes ne veule rien prouver, il on besoin de se réconforté et pour cela il doivent etre entouré de geng qui on vécu qui vivre cette douleur extreme ceux qui non pas vécu et ne vivre pas ne peuvent meme pas comprendre seulement et chacun vie cette douleur a leurs facon ,oui ils peuvent avoir d'autre enfant dans le future mais sa ne sera pas cette enfant partie trops tot car jamais il saura remplacé le prochain enfant va combler mais jamais il remplacera et pleurer si sa leur fait du bien alors ce n'est une honte !

    • manon
      06 octobre 2013 - 19:30

      sur certain points vous avez raison mais ses personnes ne veule rien prouver, il on besoin de se réconforté et pour cela il doivent etre entouré de geng qui on vécu qui vivre cette douleur extreme ceux qui non pas vécu et ne vivre pas ne peuvent meme pas comprendre seulement et chacun vie cette douleur a leurs facon ,oui ils peuvent avoir d'autre enfant dans le future mais sa ne sera pas cette enfant partie trops tot car jamais il saura remplacé le prochain enfant va combler mais jamais il remplacera et pleurer si sa leur fait du bien alors ce n'est une honte !

  • André Sirois
    06 octobre 2013 - 12:46

    Vous cherchez quoi à prouver, nos épouses ont perdus des enfants hors nés, nés et on doit continué à vivre , bien sur la première année est pas façile mais par après il faut se prendre en main et il faut se dire que sa le remplacera pas ,mais on peut en avoir d'autres enfants dans un futur , arrêtter de brailler et aller hop on continue la vie est pas terminer pour vous.