Le jardinier du potager urbain contestera le plan d'urbanisme

Jean-Pierre
Jean-Pierre Boisvert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un recours lui est permis à la Commission municipale du Québec

Michel Beauchamp et de sa conjointe Josée Landry, qui ont aménagé un potager urbain en avant de leur résidence du 595 du Richelieu dans le secteur Saint-Charles, vont contester l'un des règlements du nouveau plan d'urbanisme de la Ville de Drummondville auprès de la Commission municipale du Québec.

Le potager urbain attire l'attention et fait parler de lui.

Il est en effet permis à toute personne habile à voter de recourir à la Commission municipale du Québec (CMQ) afin d'examiner la conformité d'un ou de plusieurs règlements du nouveau plan d'urbanisme que le conseil municipal de Drummondville a adopté le 3 juillet. La demande, qui doit être signée par cinq personnes habiles à voter du territoire de Drummondville, doit parvenir à la CMQ dans les 30 jours suivants alors que la CMQ a 60 jours pour répondre.

«C'est ce que nous allons faire», clame Michel Beauchamp qui est devenu une figure connue dans les médias nationaux du Québec depuis que L'Express a montré son potager urbain en page une le 8 juillet. Le couple a été interviewé par Le Devoir, La Presse, TVA, NRJ et même des médias anglophones.

«Nous avons contacté la Ville et Mme Suzanne Bégin, une inspectrice du Service de l'environnement, nous a confirmé qu'on pouvait se servir de l'emprise municipale, en bordure de la rue, (environ sept pieds). De plus, il n'est pas clair à savoir si notre jardin ne peut couvrir plus de 30 % de la superficie de notre terrain. Je ne me plie pas à ça. Notre potager a été aménagé de façon responsable et intelligente. Je sais que j'ai un droit acquis mais je ne veux pas que ça devienne un freak show et que je sois marginalisé. Il y a un droit pour tous à défendre ici», a précisé M. Beauchamp.

De son côté, le directeur général de la Ville de Drummondville Claude Proulx n'a pas été moins sollicité par les journalistes, non sans démontrer sa détermination à faire respecter la réglementation. «C'est une question de cohésion de la trame urbaine. Nous n'avons pas de problème avec les potagers en façade dans ce secteur de la municipalité, mais il faudra se conformer aux règlements en vigueur relativement à l'emprise et à la superficie maximale destinée à cet usage», a-t-il déclaré, invitant les citoyens qui souhaitent un changement au règlement d'entamer le processus de demande d'amendement.

Organisations: Commission municipale du Québec, Le Devoir, La Presse Service de l'environnement Ville de Drummondville Claude Proulx

Lieux géographiques: Territoire de Drummondville, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Pierre B.
    04 août 2012 - 13:29

    Récemment nous sommes passés devant le ''fameux jardin''... De toute beauté, Bien entretenu, conçu et réalisé d'excellente manière. Si un ou quelques uns de mes voisins en réalisait un du même genre j'en serais content. Un jardin potager ou une pelouse bien entretenus ne diffèrent en rien...! C'est beau à des critères différents un point c'est tout. La seule chose à faire pour que le gazon soit comestible c'est d'y mettre des chèvres et ensuite de les manger... ! Imaginez les protestations... Évidemment un minimum de bon sens et d'encadrement pourraient aider à concilier et harmoniser la pratique. Je tiens à vous féliciter pour votre aménagement qui pourrait servir d'exemple à d'autres réalisations. Les municipalités devraient encourager les initiatives menant à des réalisations écologique au lieu d'écouter seulement les quelque citoyens un peu bigots, (Des fois très bigots) souvent les seuls à crier très fort contre ce qui les contrarie, et généralement un rien suffit pour les irriter. En passant ça avait l'air délicieux...!

  • Diane
    26 juillet 2012 - 22:20

    Que dire des gens qui ramassent les gros rebuts et qui les entassent dans leur cour ou encore les maisons où l'on retrouvent de vieilles voitures coin St-Laurent et 13e ou encore St-Eusèbe et 12e et encore 17e avenue entre St-Damase et St-Eusèbe on dirait une «dump» alors bravo pour le potager urbain je ferai de même. Il y a tellement de maison o u la pelouse n'est même pas tonte alors laissons au moins les légumes pousser tranquillement

  • CC
    26 juillet 2012 - 05:40

    La façade de certains jumelés sur la rue Cormier est envahie de fleurs. Est-ce que c'est légal? Est-ce que le jardins est moins beau?

  • Moi même
    25 juillet 2012 - 20:53

    Est-ce que les façades des jumelés envahis de fleurs sur la rue Cormier sont plus belles que ce jardins? Sont-elles plus "légales"? Je pose la question!

  • Louise Laporte
    23 juillet 2012 - 17:06

    ..Ce soir, il faut que je vide mon sac! le sujet: le potager d'un couple de Drummondville que celui-ci cultive à l'avant de leur maison! Réveillez-vous, les élus de cette ville!!!!!!!!! aimez-vous mieux que les gens plantent du "gâzon" sur le devant de leur demeure en y mettant des pesticides et des insecticides pour avoir un "beau green" tout autour de leur demeure et qui attaquera la nappe phréatique de l'eau potable????? Il me semble que vous n'avez pas inventé le bouton à "quat trous" pour dire à ce couple d'enlever leur potager, qui est très bien fait et qui a fière allure! Savez-vous qu'arroser un potager demande tellement moins d'eau qu'arroser le "gâzon"???????!!!!!!! et savez-vous que l'humanité est entrée dans une ère de conservation des ressources non renouvelables et que chaque humain doit faire sa part? Tous les gens devraient avoir un potager pour l'été, qu'importe qu'il soit situé à l'arrière ou à l'avant de leur maison! Et savez-vous messieurs les élus de Drummondville que la Californie ne permet plus aux gens de planter du "gâzon" devant leur maison mais bien de se faire un potager, ce qui convient tellement mieux aux réalités environnemantales que l'on vit présentement? Il paraît que vous avez participé au concours des "phénix de l'environnement"? et bien, vous ne l'avez pas démontré au sujet de ce potager! J'espère que ce valeureux couple aura gain de cause et qu'il ne pliera pas devant votre demande inqualifiable et éhontée de devoir défaire leur potager! Heureusement que le ridicule ne tue pas!!!!!!!!!

  • Andrée B.
    23 juillet 2012 - 15:42

    Quand la ville est rendue à se mêler des potagers des gens, c'est qu'ils n'ont pas grand chose à faire et que c'est le temps de passer le flambeau. Ne lâchez surtout pas. Il y a plus de gens avec vous que contre vous. Bonne chance.

  • Andrée B
    23 juillet 2012 - 15:35

    Je ne vois pas ce que la ville a à voir là-dedans. Je trouve que quand on en est rendu là, il est grand temps de changer de dirigeants. Ils ne font vraiment plus l'affaire. Tenez votre bout. Il y a plus de gens derrière vous que contre vous. Bonne chance!

  • Julie Courchesne
    22 juillet 2012 - 22:42

    Je suis partie de Drummondville justement parce que j'avais l'impression que tout ce que j'avais le droit d'y faire c'est de payer des taxes. Je trouve le commentaire de madame Grison très approprié, oui il faut que ça cesse les coupes à blancs et les aménagements frôlant le ridicule, les politiques d'uniformité avec le voisinage et tout le tralala. On devrait définitivement rebaptiser la place "Pleasantville" car c'est tout aussi stérile comme endroit maintenant. De plus, quand tous les petits ventres se metteront à crier, vous qui aimer tant les bégonias et les hostas, vous essayerez d'en manger. Nous ferons bientôt face à une crise mondiale, vu la sécheresse aux USA. Les prix pour la nourriture continueront de monter. Quel nombrilisme de s'imaginer que nous, citoyens de pays riches avons le droit de dépenser ainsi les ressources en arrosant des fleurs qui ne servent à rien. Un plant de tomates, je vous jure que c'est de toute beauté, surtout quand l'argent pour en acheter se fait rare. Les gens doivent s'ouvrir les yeux. Nous sommes pas des vaches, du gazon, c'est une perte de temps, d'argent, de ressources et d'énergie. L'esthétisme c'est un mot qui n'a plus ça place, du moins, pas au dépend de l'écologie.

    • Doris Lefebvre
      23 juillet 2012 - 12:44

      Bien exprimé, madame Julie. Aux temps difficiles, nos grands-parents et arrières grands-parents pouvaient faire un beau jardin sans pesticide, juste avec un peu d’engrais de ferme. Ils avaient les deux pieds sur terre et conscient des bienfaits de la terre. Nous, c’est le béton et l’asphalte qui nous sert de paratonnerre. Woody Allen et son film « les Robots » a vu juste pour l’avenir qui ressemble à notre présent. Dire que New York n’a pas besoin de traiter son eau potable. C’est la grande ville qui aide les ruraux sur les 200 km à partir des bassins versants et non, le contraire. Méthode biologique à moindre coût et... trop facile pour le Québec.

  • Eric Lefebvre
    22 juillet 2012 - 18:14

    C'est des légumes batard!!! Ils n,ont pas mis un p'tit noir qui pisse. Partout sur la planête on prend le virage vert. Faut croire que Drummondville est encore dans le champs comme d'habitude. Mais ce n,est surement pas le champs de patates.

  • Joe
    21 juillet 2012 - 09:18

    Ces gens auraient la paix probablement si St-Charles n'était pas fusionné....La Ville est tellement conservatrice et peu ouverte aux idées nouvelles. Drummondville peut ben être reconnue comme étant plate. C'est beaucoup mieux dépenser des millions pour faire enfouir des fils électriques, enlever des places de stationnement pour des boîtes à fleur, détruire des terrrains de tennis à terre battue pour le.... de Folklore plate et couper à blanc.....J'ai hâte qu'elle débarasse la mairesse et laisse place à la nouveauté et aux idées nouvelles!

  • Doris Lefebvre
    20 juillet 2012 - 18:50

    L’UBANISME, OUAIS! La ville et sa double majorité influence également les décisions des municipalités rurales. C’est quoi le problème? Un jardin potager ordonné, c’est plus agréable à regarder beau, plus sécuritaire et silencieux que des étangs profonds jusqu'à l'eau souterraine, non clôturés, causés par des buttes de sables qui disparaissent sur la route dans un vrombissement, jour et nuit. De plus, dans un secteur qui avait été soustrait de la zone agricole pour faciliter la construction résidentielle. - Un jardin potager, ça prend un peu d’eau mais pas trop. Que dire du fait d’arroser l’asphalte de l’entrée... De plus, leurs voisins n’ont pas les désagréments d’une tondeuse à gazon, la fin de semaine... ou la nuit. Que demander de mieux! Est-ce que cela nuirait à la production agricole au Québec? Soyons logique, il est impossible de nourrir toute une ville avec cette superficie.

  • Alex Chiasson
    20 juillet 2012 - 14:20

    Les décisions prisent à la fameuse ville de Drummondville sont de plus en plus connes. Voulez-vous bien ficher la paix à ces honnêtes personnes??? La personne qui a fait le commentaire à bien raison. Le Mondial c'est tellement rendu du "n'importe quoi". C'est rendu que le monde ri de moi quand le dis que je viens d'ici.

  • Claire T.
    20 juillet 2012 - 11:43

    Parlant de "culture" à Drummondville "LE MONDIAL" qui nous rentre dans la gorge Star Académie de Québécor, Mario Pelchat...et cie, comme étant la vraie culture, qui enlève des places gratuites (démocratiques) remplacées un bar du gros commmanditaire SAQ où les gens sont tassés... places réservées!...qui nous force à écouter de la musique américaine hurlée par la radio commerciale, avant la parade de nuit. Je préferre de très loin "la culture" sur le gazon d'en avant tant qu'à ça!

  • Alain Martel
    20 juillet 2012 - 10:15

    Nous sommes vraiment gouverné par des deux de pique. J,aime mieux voir un jardin remplis de légumes que des aménagements paysagistes "kétaines" avec des statues de mauvais goûts. Le Ville de Drummondville est déjà assez plate comme ça. Laissez-donc les gens qui ont encore un peu de dynamisme vivent!!!!!!

  • LL
    20 juillet 2012 - 00:28

    Ça va avec le reste de la ville: panneaux publicitaires trop bas, passages piétonniers qui font suer, pistes cyclables dans des rues trop étroites, bordures de ciment qui empiètent sur la rue Lindsay, terre-plein en plein milieu de la rue Fradet, feux de circulation mal situés qui ralentissent la circulation et causent des bouchons. J'haïs ma ville :(

  • Lyne
    19 juillet 2012 - 22:52

    Bonjour, pour ma part, je suis bien d accord avec le projet de permaculture en plus c est tellement beau et si différent et utile, comparativement a une fleur. Comment ce servir d un pouvoir pour vouloir tout gérer, et meme ton terrain. Pauvre politicien y vont finir par nous dire quand allons nous etres obligé de ce laver et de nous donner des journées pour faire notre lavage, notre ménage. Y a tu moyen de vivre en paix viarge réveillons nous les québécois qu est ce qu ont attends, des ticket modérateur des ticket pour le beurre le lait ben voyons! Quand ont votes pour vous politiciens, nous vous donnons un droit de gérance mes pas un droit pour profiter de l innocence du monde et rire du monde hein! J espère que vous n allez pas laché nous sommes avec vous m. et mme Beauchamps.

  • Claude G.
    19 juillet 2012 - 22:33

    Je suis aussi d'accord avec la ville. Un minimum de règles est nécessaire. Il n'est pas nécessaire de faire un si grand potager pour nourrir une famille : c'est une erreur de débutant. Une superficie de 30 % de leur cour avant suffirait grandement. Ça demande beaucoup d'eau potable, plus qu'une pelouse, ce qui n'est pas très écologique. En outre, il est facile d'acheter des légumes locaux l'été : ce qui est offert en épicerie ne vient pas de la Chine. Les prix sont dérisoires et en plus, c'est bon pour l'économie locale. Entretenir une si grande surface demande beaucoup de temps... Leur potager est bien tenu, mais ce n'est pas tout le monde qui est sans emploi et qui ne va pas à l'extérieur pour les vacances. Donc, que faire si un voisin crée une jungle non entretenue? Quels seraient les recours?

  • Mireille Grison
    19 juillet 2012 - 18:22

    je suis totalement d'accord avec tous les commentaires.. les bottes de foin..... tous les stationnements supprimés pour mettre des avancés de trottoirs qui sont même dangereux et les coupes à blanc partout sur le territoire de Drummondville... où allons-nous....

  • Gilles Letendre
    19 juillet 2012 - 16:33

    Encore une fois les politiciens de Drummondville vont faire rien d'eux. Ces gens respectent l'environnement et les dirigeants de votre ville s'acharnent sur eux. Vous êtes pitoyable élus de Drummondville.

  • armand
    19 juillet 2012 - 16:12

    Imaginez vous si tout les résidents ferait la mêem choses en installants leurs potagers en avant de leur résidence..... sa serait beau quelque chose de rare ! Je suis en accord avec la Ville

  • Carl Charest
    19 juillet 2012 - 15:05

    J'aime la permaculture. Les bienfaits de la permaculture sont à considérer, vous connaissez l'origine des légumes et vous avez des produits frais à consommer et pour une fraction du prix chargé dans les On entend trop souvent dire que les gens ne mangent pas assez de fruits et de légumes. Une telle initiative ne peut qu'aider des gens à prendre leur santé en main. Le phénomène de la permaculture deviendra de plus en plus populaire dans les années à venir. Il m'est donc difficile de voir pourquoi Drummondville veut en limiter la pratique. En fait, Drummond devrait devenir l'ambassadrice québécoise du phénomène. L'argument que c'est risqué car des gens feront pousser du blé-d'inde ne tient pas debout... Pourquoi préférer un gazon vert arrosé aux herbicides et pesticides à une permaculture bio qui sert vraiment à quelque chose? Oui il est possible de faire preuve de cohésion de la trame urbaine et de toute la belle bureaucracie qui s'en suit chez Mr. Proulx, mais de là à jeter l'idée de la permaculture aux poubelles serait le comble de la farce! Faites que la ville de Drummondville ne nage pas à contresens! Pour ma part, je trouve que le terrain deM. Beauchamp et Mme Landry visuellement agréable! En plus de cela, il nourira une famille qui en temps normal aurait acheté des légumes en provenance de partout ailleurs dans le monde (surtout de la Chine). Bravo!

  • Yves Samson
    19 juillet 2012 - 14:25

    Ce n'est guère plus laid que les aménagements de bottes de foin que la Ville a fait installées sur le terre-plein du boulevard St Joseph!

  • Claire T.
    19 juillet 2012 - 13:39

    (...)«C'est une question de cohésion de la trame urbaine. Nous n'avons pas de problème avec les potagers en façade dans ce secteur de la municipalité, mais il faudra se conformer aux règlements en vigueur relativement à l'emprise et à la superficie maximale destinée à cet usage», a-t-il déclaré, invitant les citoyens qui souhaitent un changement au règlement d'entamer le processus de demande d'amendement.») On croierais entendre la langue de bois craquer!!! Tous dans le "moule, la même couleur brune foncée, pas de vagues"... et vive l'uniformité! Ne lâchez pas M. Beauchamps, le "freak show" c'est pas dans votre cour qu'il se trouve.