«On a changé drastiquement la face du Québec»

Cynthia
Cynthia Giguere-Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

-Éliane Laberge, présidente de la FECQ

Une cinquantaine de personnes, en majorité des étudiants, ont exprimé, une fois de plus, leur désaccord face la hausse des frais de scolarité, dimanche après-midi.

Les manifestants ont pris le départ au Cégep de Drummondville pour se rendre au parc Saint-Frédéric, en plein cœur du centre-ville, près des festivités du Mondial des cultures. Un endroit stratégique afin de se faire entendre par plusieurs personnes.

La présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Éliane Laberge, et Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (Classe), y ont prononcé de brefs discours.

«Continuez à rester mobilisés au cours de l’été. Je pense qu’on a changé drastiquement la face du Québec et ça, il faut le garder», a soutenu la présidente de la FECQ.

«Tant qu’il y a des gens dans la rue, Charest n’est pas en paix et on laisse encore la porte ouverte aux changements», a pour sa part indiqué M. Nadeau-Dubois.

Ce dernier a tenu à rappeler que la lutte actuelle est bien plus qu’un mouvement de grève étudiant. Il est devenu un mouvement de contestation sociale.

«On lutte parce qu’on veut que l’éducation soit accessible à tout le monde. On lutte également parce qu’on veut changer les structures démocratiques et parce qu’on pense que la manière dont fonctionne le Québec actuellement n’est pas adéquate», a-t-il proclamé.

«On ne se bat pas pour payer plus, mais bien pour un projet de société. On n’est pas seulement contre la hausse des frais de scolarité. On est pour un Québec plus juste, plus égalitaire», a-t-il laissé tomber.

La manifestation n’est pas venue perturber les activités du Mondial des cultures. Elle s’est faite dans le calme et le respect.

Organisations: Fédération étudiante collégiale du Québec, FECQ, Coalition large

Lieux géographiques: Québec, Parc Saint-Frédéric

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Jean-Philippe Detenoncourt-Tasse
    13 juillet 2012 - 13:47

    On dirait que ces jeunes là ne veulent pas travailler. Ils veuelent avoir tout cuit dans le bec sans rien faire. On dirait qu'ils pensent que tout leur ai dû. C'est triste. Au lieu de manifester, ils devraient travailler. Ils auraient pu ainsi payer l'augmentation facilement. Au lieu de ça ils cassent des choses.

  • Franky Paradis
    09 juillet 2012 - 22:28

    Félicitations à ces étudiant-es qui tiennent toujours le flambeau. Il fait bon de voir que nos dirigeants de demain ne dorment pas au gaz (de schiste) et qu'ils ont à coeur la justice sociale. Je les appuie à 100%. Ce gouvernement n'est plus légitimé de gouverner. Avec toutes ces allégations de corruption, de fréquentations douteuses, avec tout le mépris dont il fait preuve envers la jeunesse étudiante, il se fait grand temps qu'il déclenche des élections et qu'il laisse le peuple lui remettre la monnaie de sa pièce. SO-SO-SO...SOLIDARITÉ!!!

  • Pat Joyal
    09 juillet 2012 - 09:57

    Je ne crois pas que vous ayez changé la face du Québec dans le bon sens moi !!! Les chaudrons , la casse , le non respect des étudiants qui voulaient , eux , retourner en classe , les commercant qui ont vu leur chiffre d'affaire en baisse en plus de ne plus etre assurable , car ca fait 5-6 fois qu'il se font casser leur vitrine !!! Les étudiants qui se font virer car y a pas assez de monde dans le magasin ......... Je ne vois pas ce que vous avez gagné moi ? En tous cas pas mon respect !!! P.S : Y a des gens qui ont bien fait ca , moi j'écris a ceux qui ont fait ca tout croche ( si le chapeau vous fait mettez le ........sinon cé pas a vous que je parlais ) Bonne journée et un gros merci au journaliste et poste de télévision qui ont fait en sorte qu'on ne les voient plus a la TV , ouffff un bien immense .

    • Miguel Plante
      12 juillet 2012 - 10:13

      Au lieu de penser aux biens matériels (les vitrines) ou aux biens à court terme (les étudiants qui veulent retourner en classe), il vaudrait bien penser aux biens de la société qui, si on la laisse continuer comme ça, deviendra bien vite invivable. Une économie aussi mal gérée que celle du Québec ne peut faire aucun bien à personne, que vous soyez «rouge» ou «vert». Pour ma part, j'encourage toutes ces actions étudiantes (dans la mesure où elles restent pacifiques bien entendu) et j'espère que Charest enlèvera les billets de banque qui bloquent ses oreilles, parce que là, c'est le temps qu'il quitte son siège. Siège qui va être bien chaud car il n'en a pas bougé depuis 8 ans. C'est assez.